publicite lactualite

Mutuelle Mahavelona : 80 fokontany bénéficiaires dans la région SAVA

mutuelle mahavelona
16500 agriculteurs de vanille de la région SAVA ont bénéficié d’une couverture santé digne de ce nom depuis la création de la mutuelle Mahavelona il y a cinq ans de cela.
Par le 17 avril 2018 à 20:07 - mis à jour le 17 avril 2018 à 20:13

Une nette hausse des fréquentations des centres de santé publique est actuellement observée dans la région SAVA.

« Une avancée majeure dans une région où la population préfère se tourner vers les médecines traditionnelles» selon Mimie Ravaroson, directrice de communication et du partenariat auprès de la société Symrise lors de la conférence de presse organisée dans le cadre de la célébration de la cinquième année de la mutuelle Mahavelona. Des avancées qui ont également été les conséquences d’efforts menés dans le cadre de la coopération de la société Symrise et de l’ONG Positive Planet International. Collaboration qui a pour but de fournir des services de santé aux agriculteurs de vanille travaillant avec la société Symrise. «Une façon pour nous de faire bénéficier les agriculteurs de meilleures conditions de vie via une meilleure santé aussi bien pour eux que leurs familles» a lancé Agnès Hière, directrice de Positive Planet International dans l’Océan Indien. À cet effet, 80 fokontany répartis dans les districts d’Antalaha, Andapa et Sambava ont bénéficié de couverture santé comprenant une prise en charge des médicaments et des chirurgies et des traitements des agriculteurs et de leur famille. Mimie Ravonarson, de la société Symrise, a toutefois noté que «la société Symrise paie les cotisations des 16500 membres de la mutuelle à hauteur de 80 000 ariary par famille par an». Une démarche qui a été prise « étant donné les difficultés financières des populations concernées ».

Approche territoriale

Les avancées ont également été les fruits du modèle économique de la mutuelle Mahavelona d’après Agnès Hière. La mutuelle s’appuie sur un modèle économique territorial qui lui permet de couvrir plus de personnes cibles. Ce qui est bénéfique étant donné que la région tout entière a besoin de couverture santé répondant aux normes et aux besoins réels de la population. A l’instar des autres régions de la Grande-Île, la SAVA souffre elle aussi de la précarité du système de santé publique. Cette dernière qui se traduit par l’enclavement de nombreuses zones ou encore le manque manifeste d’infrastructure de santé publique. L’avancée accomplie par les parties prenantes dans le cadre de la mutuelle Mahavelona est palpable dans la mesure où les femmes enceintes acceptent de mieux en mieux les consultations prénatales ou encore que le taux de consultation a connu une hausse considérable. Quoi qu’il en soit, les jeux ne sont pas encore faits. La réforme du système éducatif nécessite l’action de la part de chaque acteur.



Étiquettes : , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *