EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Bilan provisoire Eliakim: Antalaha sous les eaux !

| 16 mars 2018 à 22:13 | Société
antalaha eliakim
(Image : BNGRC)

La partie sud d’Antalaha était comprise dans la trajectoire de la forte tempête tropicale Eliakim.

La partie nord-est de Madagascar a été secouée par les vents violents et les fortes pluies qui ont accompagné la forte tempête tropicale Eliakim. Les vents en questions ont augmenté en puissance à partir de 12h20 dans la journée du 16 mars 2018 dans le district d’Antalaha. La montée des eaux était également au rendez-vous. Comme l’a fait savoir le général Charles Rambolarson, secrétaire exécutif adjoint auprès du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC)

Dépêché sur les lieux pour des interventions avant, pendant et après le passage d’Eliakim. «Les quartiers sud d’Antalaha sont sous les eaux. L’eau est montée jusqu’à 1m20 de hauteur dans certains quartiers » a-t-il noté pour faire état de la situation. Le numéro deux du BNGRC également d’ajouter que « de nombreuses personnes ont quitté leur lieu d’habitation pour les sites d’hébergements ». Avant d’enchérir que «les évacuations ont été causées par les montées des eaux d’un côté, et le mauvais état de leur maison de l’autre». Il convient de noter qu’à l’heure où nous rédigeons, le district d’Antalaha est encore classé sous l’avis d’alerte rouge.

A lire également :  Cyclone Dumazile: Alerte jaune à Madagascar et suspension des cours à La Réunion

Défis

La situation actuelle ne permet pas encore d’avoir un bilan chiffré – même provisoire - du passage d’Eliakim dans la partie nord-est de Madagascar. Ce que le secrétaire exécutif adjoint du BNGRC a précisé selon quoi « il est difficile d’avoir les statistiques de la situation actuelle étant donné que les agents du BNGRC ne peuvent pas encore sortir des lieux sécurisés sachant qu’Antalaha est encore en alerte rouge». La collecte d’information s’en trouve également difficile pour les agents du BNGRC face à la montée des eaux et les éventuelles destructions des infrastructures routières. « 80 sur les 100 ponts environ qui séparent Antalaha du Cap Masoala sont actuellement sous les eaux » déplore le général Charles Rambolarson. Ce dernier de noter « qu’il sera difficile d’atteindre les zones traversées par la forte tempête tropicale dans ce contexte». Avant d’enchérir que « quatre à six ponts ont été emportés par l’eau ».

9 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur lactualite.mg