publicite lactualite

Société Fanalamanga : Clash avec la population d’Analabe

Fanalamanga-pepiniere
Fanalamanga Pépinière
Par le 17 octobre 2017 à 07:10

La population d’Analabe monte au créneau. Elle revendique la propriété d’une partie du terrain appartenant à la société Fanalamanga.

La situation est tendue dans la « zone centre » de la société Fanalamanga. S’étendant sur environ une centaine d’hectares, représentant quatre fokontany, ladite zone abrite arbres et arbustes cultivés par la population des alentours, après les saisons d’exploitation effectuées par la société.

La population a donc revendiqué la propriété d’une partie de ce terrain avec les fruits de leurs cultures. Ce, parce qu’elle a cru que cette société ne les exploite plus, et qu’elle a arrêté ses activités dans la zone dite « centre ». Ainsi, les habitants vivant aux abords de la zone ont créé une association et se sont de ce fait réunis. Leur revendication concerne également le changement du chef de zone travaillant dans celui du centre. Une situation qui a contraint le chef du fokontany d’Analabe d’interpeller les responsables, notamment le directeur général de la société Fanalamanga, pour que ces derniers effectuent une descente sur terrain afin de constater de visu la réalité sur place.

Les efforts continuent

Eradiquer les trafics de bois et redorer le blason de Fanalamanga, c’est ce à quoi s’attellent actuellement les responsables de cette entreprise, éparpillés dans les zones appartenant à la société. Une tâche qui s’est compliquée du fait de la revendication par la population d’Analabe, non seulement des terres, mais également des arbres qui y poussent.

Par ailleurs, les luttes menées par lesdits responsables leur ont permis de saisir 500 sacs de bois de chauffage et 248 sacs de charbons de bois qui  ont été confisqués auprès  des populations environnantes des zones boisées. Des efforts cadrant avec le projet  qui a pour objectif de redorer le blason de la société dirigée par des responsables de Fanalamanga.



Étiquettes :
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *