EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Journée du 8 mars : La lutte, occultée par la fête !

| 9 mars 2018 à 13:17 | Société
8 Mars

La tendance actuelle démontre une certaine déviation des idées de lutte dans la célébration de la journée mondiale des droits des femmes.

Madagascar n’échappe pas à la tendance générale et mondiale. Partout dans le monde, la journée du 8 mars est fêtée par des défilés, des manifestations festives où les femmes démontrent plus une certaine ambiance joyeuse que de lutte et de travail. Une situation qui semble avoir été imposée, car bons nombres des concernées ignorent le pourquoi de l’instauration de la journée. À Madagascar, le 8 mars est célébré par des défilés dans toutes les régions où des femmes de tous les horizons et de tous les secteurs – pancartes en main - passent (défilent) devant des hauts responsables étatiques, majoritairement des hommes. Évènements qui se terminent habituellement par des spectacles ou dans des endroits tels que les clubs. La notion de lutte pour le respect des droits est simplement oubliée. La situation alerte toutefois certaines femmes qui dénoncent un moyen mis en place pour détourner les femmes de l’objectif premier de l’instauration de la journée.

Réveil

De nombreuses femmes ne se sentent pas concernées par les célébrations – défilés - organisées partout à l’occasion du 8 mars. «?Je ne me sens pas concernée par cette journée. La lutte pour le respect des droits de la femme doit être effectuée au quotidien?», annonce une mère de famille habitant le quartier d’Anosipatrana qui a préféré taire son nom. Et de renchérir : «?Les hommes respectent les femmes qui savent se mettre en valeur et s’imposer en tant que femmes ». À en croire cette dernière, la lutte des femmes devrait être menée dans leur façon de vivre et dans leur façon d’être femme. La lutte correspond à l’égalité de droits entre les deux sexes. Un objectif qui, en plus d’être oublié, semble être dévié vers autre chose. Certaines femmes affirment même - lorsqu’elles évoquent leurs droits - qu’elles n’ont pas besoin des hommes. Des propos qualifiés de «sexistes et féministes» par Mbolaniaina, femme au foyer. Cette dernière d’interpeller qu’avoir les mêmes droits que les hommes c’est bien, mais de là à dire qu’on n’a pas besoin des hommes est excessif et déplacé. " Toutes les femmes ont besoin des hommes, ne serait-ce que du point de vue physique et cela il faut l’admettre ! ", conclut-elle. 

A lire également :  Ticket du taxi-be à 700 ar : les usagers entre le marteau et l’enclume

Actions

Si participer à des défiler ne peut pas aider les femmes à atteindre leurs objectifs, quel serait le meilleur moyen? Question à quoi Ulrichia Rabefitiavana, directeur général du cabinet Ur-Csr Consulting répond à deux niveaux. Le premier étant les atouts dont disposent les femmes en tant que femme, et le second, faisant référence à une manière de penser, à des façons de voir et de concevoir les choses. Ulrichia Rabefitiavana d’évoquer la façon dont les femmes des pays développés manifestent leur lutte pour le respect de leurs droits. «?Elles se manifestent et militent pour leur droit. Leur geste suit une ligne directrice bien définie et bien pensée. Une fois les actions lancées, elles font le suivi de leurs revendications. Dans le cas où les cibles ne réagissent pas, elles mènent des actions de plaidoyer et vont même jusqu’à proposer des lois?». Ce qui est loin de ce qui se trame dans la Grande-Ile où la journée du 8 mars se limite à une journée de fête… de défilés. Il convient de noter que la journée du 8 mars consiste en une journée de sensibilisation, d’information, d’interpellation citoyenne, relatives aux inégalités endurées par les femmes d’aujourd’hui.

0 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg