EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Seces: sit in pour les mêmes revendications à Ankatso

| 8 mars 2018 à 07:41 | Société
greve seces antananarivo
Les membres du Seces section Antananarivo maintiennent leurs revendications.

La section tanarivienne du syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’enseignement supérieur, Seces, a haussé le ton.

Une impression de déjà vu. Les membres du Seces Antananarivo faisait un sit-in sur l’esplanade d’Ankatso pour revendiquer le paiement de leurs indemnités. Ces derniers faisant référence aux indemnités de recherche pour les retraités chercheurs qui continuent d’exercer leurs activités auprès de l’université d’Antananativo. Une revendication qui a causé la suspension des cours pour l’université en question il y a de cela quelques mois.

La branche tananarivienne du Seces a donc rehaussé le ton lors de ce sit-in organisé à Ankatso dans la matinée du 7 mars 2018. «Nous exigeons le paiement dans les plus brefs délais des indemnités en question», a fait savoir Sammy Grégoire Ravelonirina, président du Syndicat pour Antananarivo. Ce dernier d’interpeller les responsables auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique sur leur façon de prendre les décisions.

«Nous sommes lasses des belles paroles sans prises de décisions concrètes et palpables» a-t-il fait remarquer, avant de noter que la section Tana exige le maintient de l’obligation de service de 125h pour les années 2015-2016. Profitant de l’occasion, Sammy Grégoire Ravelonirina dénonce un traitement inégalitaire entre les enseignants chercheurs des universitaires des régions et ceux d’Antananarivo. Le président du Seces Tana de prendre l’exemple du paiement des heures complémentaires pour appuyer sa thèse : «Nous, enseignants chercheurs d’Antananarivo, n’avons pas encore eu le paiement de nos heures complémentaires alors que dans une université située dans une autre région, cela a été fait », s’est-il lamenté. Avec leurs revendications, les enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants deviennent une épine gênante pour le ministère de tutelle.

A lire également :  Rentrée scolaire : les écoles catholiques maintiennent la date du 25 octobre !
0 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg