publicite lactualite

Vol d’électricité : 115 dossiers attendus au parquet

cable jirama
Par le 8 novembre 2017 à 02:32

La Jirama traîne en justice les voleurs d’électricité. Par ailleurs, cette année, 23 km de câbles électriques de cette compagnie ont été subtilisés.

Des vols d’électricité mis à nu. Branchements illicites ou encore des fraudes aux compteurs, tels sont les principales infractions démasquées par le Task force de la Jirama.

26 % des 21 000 abonnés contrôlés par ce Task force ont commis des infractions. Ce sont des industriels, des particuliers et même des organes de l’administration publique. Ces actes irréguliers font actuellement l’objet de poursuites en justice. Selon la Jirama, 35 dossiers ont été déjà transmis au parquet et 115 autres en cours de transmission. Jusque là, trois personnes ont déjà été emprisonnées.

« Cette année, 23 km de câbles électriques ont été volés. Le coût de ceux-ci est estimé à 181 millions d’ariary. Afin d’assurer la continuité de l’approvisionnement en électricité, la Jirama a investi de ses fonds propres, près de 170 millions d’ariary, pour raccorder un nouveau câble électrique de 22 km. Dans les prochains jours, les travaux de raccordement de 9km de câbles vont débuter, ce qui coûtera 76 millions d’ariary à la Jirama », révèle une source auprès de cette société d’Etat, qui a cependant tenu à garder l’anonymat.

Des industriels ne payent pas leurs factures

Ces infractions entraînent de lourds préjudices à la Jirama, tant sur le plan financier que technique. Selon son directeur général, Olivier Jaomiary, les pertes financières générées par ces fraudes s’élèvent à deux milliards d’ariary tandis que les pertes techniques sont estimées à 30% de la production d’électricité par la société. De plus, à ces pertes s’ajoutent les 110 milliards d’arriérées de certains abonnés, dont 45 milliards d’ariary pour les industriels.

La trésorerie de la Jirama est ainsi remise en cause, surtout que l’Etat prévoit de réduire de moitié la subvention de 400 milliards d’ariary qu’il a jusque-là accordée à la Jirama. Ainsi, en 2018, cette subvention sera réduite à 200 milliards d’ariary. Quoi qu’il en soit, notre Compagnie nationale des eaux et de l’électricité ne compte pas baisser les bras. Elle entend poursuivre l’opération de ratissage par son Task force et assure que les sanctions s’appliqueront aux titulaires des dossiers qui seront bientôt transmis au parquet.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *