publicite lactualite

Syndicat des taxis : La manifestation générale est maintenue

greve taxi
Par le 19 septembre 2017 à 13:23

L’ultimatum lancé par les membres du syndicat des taxis villes aux responsables de la commune urbaine d’Antananarivo a expiré hier. Les taximen ont commencé leur grève ce matin du mardi 19 septembre.

Les taximen enclenchent la vitesse supérieure. L’affaire qui oppose la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) et les transporteurs et qui a défrayé la chronique depuis quelques semaines n’est pas prête d’être classée. Ce matin, comme l’ultimatum lancé par ces derniers est expiré, les taximen et autres transporteurs urbains ont entamé leur grève générale. Plus d’une centaine de taxis participent à cette manifestation à Ankorondrano, qui semble n’avoir de précédente. Des klaxons à ne plus s’entendre, des sifflets, etc. ces transporteurs et leurs partisans ont créé un boucan qui gênait les employés dans les bureaux aux alentours. « La manifestation prévue ce jour est destinée à faire passer, encore une fois, le message aux responsables de la commune ainsi qu’aux populations tanariviennes »,  selon Clémence Raharinirina, présidente du syndicat des taxi-villes

Une réunion des deux parties boycottée par les taximen

En fait, une réunion entre les deux parties a été prévue hier dans l’après-midi mais les transporteurs n’ont pas répondu à l’appel des responsables auprès de la CUA. Joint au téléphone, Clémence Raharinirina fait savoir que « la réunion d’hier devait consister à des séances de pourparler sur la question des cahiers des charges de la société OMAVET ». D’après elle, l’ordre du jour leur a paru comme une insulte étant donné que leur message a été clair : « nous ne voulons ni de l’OMAVET ni de ses services ».

La présidente du syndicat des taxis villes d’enchérir que « le refus de la décision de la commune sur le transfert de gestion du centre de contre visite à la société OMAVET est partagé par le syndicat du personnel de la commune elle-même ». Clémence Raharinirina d’expliquer le refus du personnel de la CUA par « la crainte d’un détournement des fonds de la commune ». Avant d’expliquer ce qui motive les membres du syndicat des taxi-villes à refuser la décision de la commune. « Le cahier des charges confère trop de latitude – aussi bien financière que technique – à la société OMAVET sur les transporteursSi bien que nous craignons des abus et contraintes en tous genres » a-t-elle lancé avec regret.

Manifestation confédérale et pacifique

La présidente d’ajouter que « de nombreuses coopératives de transports publics vont être mobilisées en guise de solidarité entre transporteurs». Par ailleurs, l’on n’a pas encore reçu la réaction de la commune urbaine d’Antananarivo quant aux dispositions à prendre pour la journée de mobilisation annoncée par les transporteurs. Il faut toutefois noter les propos du premier adjoint au maire lors d’un récent point de presse sur la question. « Si les transporteurs veulent se manifester, c’est leur droit fondamental »a-t-il lancé ce jour là. L’on pourrait donc s’attendre à une manifestation pacifique…quoi que la circulation soit grandement perturbée.



Étiquettes : , , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *