publicite lactualite

La ministre de la Justice désavoue le SMM et les greffiers

justice
Par le 14 septembre 2017 à 17:58

« L’espoir est permis », avaient déclaré les deux syndicats à Faravohitra à l’issue de leur tête-à-tête avec la ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine à Faravohitra. Toutefois, à l’allure où vont les choses, rien ne semble être gagné d’avance.

Désavoués

Ce jeudi 14 septembre, la Garde des Sceaux n’est pas allée de main morte pour désavouer les magistrats et les greffiers. C’était en marge de la cérémonie de prestation de serment du nouveau premier président de la Cour d’appel de Toamasina devant la Cour Suprême à Anosy hier. Elle s’est dite étonnée par l’ultimatum d’une semaine lancé par les deux syndicats. Selon cette dernière, la résolution des revendications des syndicats des magistrats et ceux des greffiers figurent bel et bien parmi les priorités de l’Etat. «Les choses vont bon train. Mais le gouvernement décidera en fonction de ses moyens » a-t-elle réitéré. Concernant les indemnités, elle promet que cette question sera prochainement résolue.

Engagements concrets

Les deux syndicats ont donné dix jours de plus au gouvernement pour satisfaire leurs revendications. Les magistrats restent fermes. Ils exigent des engagements concrets de la part du gouvernement afin de restaurer l’Etat de droit et de garantir l’indépendance de la Justice et des magistrats. Les  enjeux de la communication de dossier ou la subordination hiérarchique évoquée par l’article 110 de la constitution figurent parmi les points saillants des résolutions du comité tripartite mis en place pour étudier la faisabilité des revendications des magistrats. Ce, bien évidement à part les questions relatives à la gestion de la carrière des magistrats y compris l’indemnité, un des points forts des résolutions de l’assise nationale de la magistrature de 2012. Quant aux greffiers, ils attendent désespérément leur versement qui n’a pas été effectif depuis 2006. Ils attendent de pied ferme le gouvernement à ce que ce dernier concrétise les décisions prises par le comité tripartite mis sur pied pour élaborer les documents-cadres concernant leurs revendications.

Bref, un nouveau blocage de la machine judiciaire n’est pas à écarter si aucun terrain d’entente n’est trouvé d’ici le 20 septembre prochain.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *