EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Campagne électorale : José Andrianoelison redéfinit l’Etat 

| 27 octobre 2018 à 19:47 | Politique
jose andrianoelison
Le candidat N°15 José Andrianoelison veut restaurer la dignité de l’Etat

José Andrianoelison, le candidat N°15, est passé cette semaine à Antsirabe, dans le cadre de sa campagne électorale, pour y expliquer sa vision pour Madagascar.

José Andrianoelison fait partie de ces candidats qui privilégient les débats d’idée et les explications théoriques aux divertissements, notamment les shows à l’américaine et les meetings lors de cette campagne pour la présidentielle. Il a ainsi effectué des rencontres avec diverses entités, notamment des regroupements d’opérateurs économiques ou autres associations afin d’’y débattre de la situation de Madagascar et, bien évidemment, pour y expliquer sa vision et son programme de développement.

Dernièrement, plus précisément le 26 octobre dernier, il a été à Antsirabe, dans les locaux de l’hôtel Diantana, où il a entre autres redéfini à son assistance l’Etat malgache ainsi que ce que doivent être ses nouvelles attributions à partir de cette redéfinition.

Le candidat N° 15 a alors précisé que dans une République, il ne doit plus être question de « Fanjakana » mais plutôt de « Fitondrana » (gouvernement) étant donné que Madagascar n’est plus sous une monarchie (ndlr : « roi » se traduit par « Mpanjaka », un mot de la même famille que « Fanjakana »).

La cause première de l’insécurité

Expliquant les causes de la recrudescence de l’insécurité qui prévaut actuellement, José Andrianoelison d’expliquer que cette déplorable situation est essentiellement due à la détérioration de la structure sociétale malgache laquelle était basée sur l’assistance mutuelle (fifanomezan-tanana).

A lire également :  Marc Ravalomanana : Dernier jour de campagne dans l’Atsimondrano

« Il existe parmi nos compatriotes ceux qui ne peuvent même pas imaginer qu’ils seront encore vivants le lendemain, et cela à cause de la récurrence des méfaits des dahalos », s’est-il indigné. L’insécurité est telle que nul n’en est épargné. Tout aussi bien les riches que les pauvres, toute la population est susceptible d’être victime d’attaque ou de kidnapping, a-t-il déploré.

58 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg