EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

ROHY et Transparency International contre le report de l’élection présidentielle

| 25 octobre 2018 à 15:19 | Politique
rohy et transparency international
ROHY et TI-IM disent non à la tentative de reporter l’élection.

La société civile s’insurge contre la tentative du collectif des candidats visant le report des élections ainsi que la mise en place d’une nouvelle transition.

Des associations membres de la société civile, notamment le Mouvement ROHY et TI-IM (Transparency International-Initiative Madagascar), ont déclaré ce mercredi 24 octobre 2018 leur refus de la tentative du collectif des candidats qui vise le report des élections, d’une part, et, d’autre part, la mise en place d’une nouvelle transition.

Selon Ndranto Razakamanarina le porte-parole de ces associations, un report de l’élection est illégal tandis qu’une nouvelle transition ne peut qu’avoir des impacts négatifs, et sur la population, et sur la situation du pays.

La tenue de l’élection étant inéluctable, ROHY et TI-IM demandent à tous les candidats de disposer des délégués dans  les 24853  bureaux de vote afin de sécuriser l’observation maximale et optimale du scrutin.

Par ailleurs, ces associations ont constaté le faible accès à l’information et le déficit actuel de communication qui, selon elles, entretiennent l’opacité et engendrent nécessairement des inquiétudes et des rumeurs incontrôlables. Pour y remédier, elles exhortent la CENI (Commission électorale nationale indépendante) et le Gouvernement à apporter régulièrement des clarifications techniques et non seulement juridiques, aux candidats et à la population, sur les bureaux de vote, la liste électorale, le logiciel utilisé, et sur tout autre point technique relatif aux élections.

A lire également :  Manifestation des pro-Ravalomanana : « Non autorisée », d’après le Préfet de la capitale

Enfin, en ce qui concerne la justice électorale, les contentieux électoraux et les résultats officiels du scrutin, le mouvement ROHY et TI-IM ne sont pas non plus favorables à la mise en place d'une Cour Electorale Spéciale (CES) en cette période très proche du premier tour. Selon elles, Il existe déjà un mécanisme destiné à assister les citoyens et la société civile dans la formulation de recours et à faire le suivi d'une justice électorale appropriée.

0 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg