publicite lactualite

CFM : Un atelier pour renforcer les capacités des membres 

cfm
Membres CFM - Photo archive
Par le 11 avril 2018 à 06:02 - mis à jour le 11 avril 2018 à 00:09

Dans le but d’appuyer davantage les efforts visant la consolidation de la paix à Madagascar, le Comité du Fampihavanana Malagasy (CFM), avec l’appui du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) organise à Antsirabe, un atelier destiné à fournir à ses membres, des orientations concrètes dans certains domaines essentiels en matière de réconciliation, ce conformément aux normes et aux meilleures pratiques internationales dans le domaine des droits de l’homme.

Ouvert ce 10 avril 2018, l’atelier s’étalera sur trois jours avec la participation des 33 membres du CFM qui vont discuter d’un vaste éventail de sujets pertinents.

Dans son discours, le Président du CFM, Maka Alphonse, a souligné que le team building est une opportunité pour les membres du CFM de raffermir leur cohésion et leur solidarité, quant à la réalisation des missions et objectifs assignés au CFM. Il a également soutenu le fait que le CFM va jouer son rôle pour que les prochaines élections présidentielles et législatives soient neutres, libres, crédibles, transparentes, démocratiques et acceptées par tous. Le Président du CFM a terminé son allocution en souhaitant que Madagascar soit une population réconciliée, une société paisible et une nation développée.

Mme Violette Kakyomya, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies à Madagascar, a exprimé sa gratitude à l’endroit du président et des membres du CFM du fait de l’avoir invitée à la première journée de cet exercice de team building. « À l’approche des élections présidentielles et législatives à Madagascar, compte tenu de l’histoire du pays, le rôle du Conseil du Fampihavanana  Malagasy est devenu encore plus important et urgent », a-t-elle mentionné. À son avis : « Les efforts du CFM peuvent jouer un rôle important dans le renforcement de la confiance de la population dans les institutions et processus démocratiques, y compris le choix de leurs dirigeants ». Elle a par ailleurs précisé que la réconciliation n’est finalement pas un événement, mais un processus. Il a un rôle à jouer dans toutes les étapes du processus démocratique. Il a un rôle important à jouer maintenant, avant les élections, et il aura un rôle important à jouer durant la période post-électorale.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *