EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Lois électorales: Andry Rajoelina dénonce les abus et les irrégularités

| 24 mars 2018 à 11:53 | mis à jour le 26 mars 2018 à 18:37 | Politique
Andry Rajoelina
Andry Rajeolina revient au pouvoir après 5 années d’absence

Un débat court, mais riche en significations et en révélations des réalités sur le vote du projet de lois relatives aux présidentielles Malgaches qui devrait avoir lieu cette année.  

« Nous dénonçons le manque de transparence dans les préparatifs des élections présidentielles. Est-ce que nous voulons une élection présidentielle pacifique ou bien du grabuge? », a interpellé l'ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, lors d'une spéciale, sur les chaînes privées TV Plus et Viva Madagascar ce vendredi 23 mars 2018. À lui d'insister que le projet de lois électorales qui sera voté lors de cette 3e session parlementaire privilégie le candidat du pouvoir en place, tout en défavorisant ses adversaires.

Lors de cette émission spéciale animée par les deux journalistes Njaka Andriamahery et Naté Rakotomavo, l'ancien homme fort de la Transition Andry Rajoelina a dénoncé les différentes manœuvres fallacieuses intentées par le gouvernement et les députés alliés du pouvoir en place, pour mettre des bâtons dans les roues des opposants et favoriser le candidat du pouvoir.

Parmi les articles du projet de lois électorales qui font polémiques figure entre autres le fait qu’un candidat qui reçoit de l’aide ou des subventions en numéraire ou en supports publicitaires encourra une disqualification. À cela s’ajoute la proposition d’accorder à chacun des candidats un quota de temps impartial sur les télés privées, afin que tous puissent s’exprimer dans le cadre de la propagande électorale. « Une proposition aberrante », selon Andry Rajoelina.

A lire également :  Élection présidentielle à Madagascar : ce qu'il faut savoir sur les résultats.

Concernant les hélicoptères, arrivés récemment dans la capitale, après leur acheminement depuis le port de Toamasina, Andry Rajoelina a expliqué qu’il n’y avait pas de mal à utiliser ces moyens pour mener une campagne en vue de l’élection présidentielle, mais que ces engins ne lui appartiennent  pas. « Attendons et nous verrons à qui ces hélicos appartiennent en réalité », a-t-il dit.

Vu le cours des choses, l’on peut déjà s’attendre à la zizanie, si le projet de loi électorale de cette 3e session parlementaire sera voté tel quel, car il va sans dire que la partie lésée ne se laissera pas faire facilement et réagira vivement en conséquence. Une histoire qui est loin de se terminer et qui risque de connaître bien d’autres rebondissements.

L'intégralité de l'émission spéciale avec Andry Rajoelina

57 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg