EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Session parlementaire : Les yeux sont braqués sur Tsimbazaza

| 18 octobre 2017 à 07:12 | Politique
session parlementaire
Archive lactualite.mg

Le coup d'envoi de la seconde session pour une durée de 60 jours, consacrée principalement à l'adoption de la loi des finances, comme le veut la constitution, a été donné ce mardi 17 octobre 2017 respectivement au sénat et à l'Assemblée nationale.

Une des sessions décisives puisque celle-ci mettra fin aux polémiques provoquées par l'annonce d'une révision de la Constitution. La conférence des présidents a eu lieu dans la matinée, mais les membres du bureau affirment ne pas avoir reçu des directives concernant l'adoption d'un projet de référendum concernant la Constitution.

Si dans les coulisses, les tractations sont déjà en marche pour les députés pro-régime qui soutiennent l'impératif de stabilité et de développement local au niveau des fokontany, les anti révisionnistes, pour leur part, sont fermes. Ils s'y opposent puisque c'est une manoeuvre politique du régime en place en vue de renforcer son pouvoir.

Rien n'est gagné, quoi qu'on en dise. Rien n'est gagné d'avance, surtout que l'Assemblée nationale est réputée de par sa tendance versatile. À propos de la dotation de véhicule 4x4 aux parlementaires qui réapparaît avec l'histoire de révision de la Constitution, comme bon nombre d’observateurs - sans contester le fait qu'il s'agit d'un droit et nécessité dans l'exercice des fonctions des parlementaires en particulier dans les zones reculées - des députés, surtout ceux élus sous les couleurs du parti TIM et du groupement MAPAR, y soupçonnent quand même une manipulation politique.

A lire également :  Session parlementaire: La loi de finance 2018 perd en priorité

Sans intention de verser dans les polémiques, le président de l'Assemblée nationale a quant  à lui, déjà précisé que ce sont les députés qui payent leur véhicule avec leur propre argent, et que l' Etat joue le rôle de catalyseur auprès du concessionnaire pour leur faire bénéficier d’une facilité de paiement sur une échéance donnée.

1 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg