publicite lactualite

Lalao Ravalomanana : « L’heure a sonné pour les femmes »

lalao ravalomanana
Lalao Ravalomanana, Maire d'Antananarivo (© Mamy Randrianasolo / lactualite.mg)
Par le 8 mars 2018 à 08:18 - mis à jour le 8 mars 2018 à 08:20

Première Dame de 2002 à 2010, et actuellement maire de la capitale, Lalao Ravalomanana ou « Neny », pour ses co-militants du Tiako i Madagasikara (TIM), estime que le moment est venu pour une plus grande participation des femmes dans les prises de décision concernant la conduite des affaires nationales.

En cette célébration de la Journée internationale des femmes, Lalao Ravalomanana émet le souhait de voir une plus grande prise de responsabilité des femmes dans tous les secteurs de la vie nationale. « Que les pouvoirs publics se préoccupent enfin beaucoup plus des droits de la femme, car les réalités de ces derniers temps amènent à s’inquiéter de plus en plus quant au respect de ces droits », a-t-elle indiqué lors d’un entretien à bâtons rompus, hier à son bureau.

Pour cette Journée internationale des femmes du 8 mars, dont le thème est « L’heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes ». Lalao Ravalomanana est d’avis que ce thème est tout à fait approprié à la situation globale qui prévaut dans le pays. Car selon elle, c’est maintenant l’occasion de favoriser l’autonomisation des femmes dans tous les contextes – ruraux et urbains –  et de célébrer les activistes qui travaillent sans relâche à revendiquer les droits des femmes et à réaliser leur plein potentiel.

Changer les mentalités

Le harcèlement sexuel, la violence et la discrimination à l’encontre des femmes sont devenus le lot presque quotidien de la gent féminine dans de nombreux pays, et ont fortement suscité un débat public stimulé par une détermination affirmée à instaurer un changement. Lalao Ravalomanana pense que ce changement passe avant tout par celui des mentalités. Malheureusement, cela risque encore de prendre beaucoup de temps dans les pays où l’on a tendance à considérer une prédominance des hommes sur les femmes, et où la parité homme/femme n’est toujours pas appliquée (de l’égalité des salaires à la représentation politique des femmes). Une légère avancée dans ce domaine a été constatée ces derniers temps à Madagascar. Mais, « Ce n’est pas encore suffisant », ajoute Lalao Ravalomanana.

Vitrine de la nation

En parlant des affaires de la commune, Madame la maire ne désempare pas malgré les injustices qu’elle endure dans sa gestion. Entre autres et particulièrement en ce qui concerne les finances de la commune, celle-ci n’a reçu jusqu’ici aucune subvention de l’Etat. Le budget de la commune est alors alimenté en grande partie jusqu’ici par les recettes générées par le taxes et redevances que la CUA perçoit. Quant aux projets de développement, ceux-ci sont pour la plupart soutenus par les partenaires techniques et financiers de la commune. Lalao Ravalomanana regrette l’absence de franche collaboration entre la commune et le gouvernement. « Tout le monde pense et aspire à un meilleur développement socioéconomique de ce pays. En tant que capitale de Madagascar, Antananarivo est censée être la vitrine de la nation », note-t-elle. Et de poursuivre : « J’aurais souhaité que les uns et les autres y mettent un peu des leurs au lieu de se complaire dans des guéguerres futiles et sans intérêt… »

Plus que jamais déterminée à en faire beaucoup plus pour cette capitale et plus généralement pour ce pays, Lalao Ravalomanana s’en remet à la grâce et à la volonté de Dieu, «Seul le Seigneur décide dans tout ce qu’on veut entreprendre », conclue-t-elle. C’est dans ce sens que depuis ces derniers mois, elle a entamé un programme d’évangélisation dans tous les arrondissements de la capitale, et auquel de nombreuses femmes sont impliquées.



Étiquettes : , , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *