EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Election crédible à Madagascar : L’OIF fait signe de vigilance

| 12 octobre 2017 à 07:16 | Politique
ceni madagascar
CENI Madagascar

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) poursuit ses travaux dans le cadre de l’amélioration du processus électoral sous l’œil vigilant des partenaires techniques et financiers.

Un cadre de concertation avec les partis politiques s’est tenu ce mardi 10 octobre au siège de la Ceni à Alarobia en présence de la délégation de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) en mission dans la grande île depuis quelques jours.

La fiabilité du processus électoral à surveiller de près

Durant cette réunion avec les partis politiques, la délégation de l’OIF conduite par le Général Siaka Sangare ont mis en exergue l’importance de la fiabilité du processus électoral en vue de garantir des élections crédibles et la stabilité politique. Concernant en particulier l’audit du fichier électoral, y compris la liste électorale, les experts vont procéder à un audit quantitatif et qualitatif afin d’identifier les points à améliorer et éventuellement, émettre des recommandations.

L’audit en question est précédé d’un audit interne mené par la Céni. En effet, l’objectif est de renforcer la confiance entre tous les acteurs, surtout les acteurs politiques, et également de tous les électeurs. « Le fichier électoral représente le socle du processus. S’il est contesté, les résultats sont récusés », a soutenu le chef de la délégation de l’OIF. A ce propos, une séance de concertation commune sera organisée avec tous les acteurs ce vendredi 13 octobre pour la présentation du rapport relatif aux résultats de cet audit externe.

A lire également :  Sécurité maritime : Cinq navires pour surveiller 1 200 000 Km2

Des élections dans un climat apaisé

Par ailleurs, dans la poursuite des travaux de réflexion et de travail sur la bonne conduite des partis politiques qui a été entrepris au mois d’octobre de l’année dernière, l’OIF emboite le pas à la société civile en mettant l’accent sur les acquis et les recommandations avancées lors des deux séances du 13 et 14 octobre 2016. Ce, afin de pouvoir organiser des élections dans un climat apaisé.

En tout cas, beaucoup de pays étrangers ou organisation internationale, par l’entremise de leurs représentations diplomatiques, ont émis des réserves concernant le prochain scrutin présidentiel en insistant notamment sur la tenue d’une élection libre, ouverte et transparente.  La réforme de la loi électorale menée actuellement par le comité interministériel, un projet de loi qui devrait être soumis à l’examen du parlement lors de la prochaine session ordinaire, s’avère décisive.

0 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur lactualite.mg