EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Bonne gouvernance : Les communes sont au front

| 11 octobre 2017 à 07:11 | Politique
giz

Selon le rapport du Bureau Indépendant Anti Corruption (Bianco) pour le compte de l’année de 2016, les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) sont les plus concernées par les plaintes pour corruption. Lors du Colloque international sur les finances locales dans les pays d’Afrique francophone subsaharienne à l’hôtel Carlton la semaine dernière, la question de gouvernance au niveau des communes a été au centre de réflexions.

Un atelier de renforcement de capacités à l’attention des maires de communes dans la région Analamanga s’est tenu ce mardi 10 octobre 2017 à Antaninarenina. Initié par l’Agence de Coopération Allemande (GIZ), avec le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation en collaboration avec le Bianco, l’objectif de ce projet est de promouvoir la bonne gouvernance au niveau des communes, à travers la promotion de la gestion transparente, la lutte contre la corruption, ainsi que l’optimisation des ressources, en particulier l’amélioration des recettes fiscales.

Tout cela repose sur un standard de service, notamment en ce qui concerne la gestion de la collectivité, la collaboration entre l’exécutif et l’organe délibérant ainsi que la relation avec les administrés, mis en place pour atteindre les objectifs. Ce projet de renforcement de capacités de maires sera étendu dans les autres communes de diverses régions. « Les subventions allouées aux communes ne sont pas toujours suffisantes. Il leur revient d’améliorer leurs rentrées d’argent.» a affirmé Gervais Rakotonirina, directeur général de la Décentralisation au niveau du MID. Selon lui, l’objectif de la décentralisation elle-même est que les communes ne soient plus dépendantes vis-à-vis de l’Etat central à travers la question de subvention.

La mobilisation des moyens à disposition est primordiale

Pour leur part, les maires reconnaissent que beaucoup restent à faire pour améliorer la bonne gouvernance locale. En ce qui concerne la corruption, l’idée est de favoriser la circulation d’information à travers les différents supports de communication afin que la lutte soit effective. D’après la mairesse de la Commune urbaine de Manjakandriana, Eva Monique Ravaloriaka Robert, le principal défi est de mobiliser les moyens à disposition des communes pour l’effectivité de leur autonomie financière.

A lire également :  Rapport des députés vs concert évangélique : Affluence monstre d’un côté comme de l’autre

Ainsi, il est primordial de renforcer la confiance entre les dirigeants de la commune et la population locale à travers une bonne gestion qui implique sur le développement local, qu’est la notion de la recevabilité. « Pour l’année 2014-2015, nous avons amélioré notre politique de recouvrement fiscal. On a misé sur le recouvrement des arriérés fiscaux entre le période de 2010 et 2013 ainsi que sur la sensibilisation des citoyens avant l’avis d’imposition normal. Mais la Collectivité a pu couvrir ses dépenses de fonctionnement et a pu investir dans des projets bénéficiant le peuple » a-t-elle témoigné.

7 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur lactualite.mg