• Home  / 
  • Politique
  •  /  Coopération bilatérale : La Chine multiplie ses offensives de charme

Sujet associés

Étiquettes : , , ,

Coopération bilatérale : La Chine multiplie ses offensives de charme

dons

La Chine s’imposant comme partenaire incontournable pour le développement de Madagascar, multiplie ses offensives de charme. Prônant un principe gagnant-gagnant, la coopération entre les deux pays concerne divers secteurs, allant des infrastructures, au tourisme, et au domaine de l’industrie.

Encore des dons de la Chine. De multiples remises de dons ont été signées entre les deux pays le 19 décembre au siège du ministère des affaires étrangères à Anosy. Des dons qui font suite à la visite du ministre chinois des affaires étrangères au début de l’année dans la Grande Ile, et à celle du président de la République malgache en Chine, au mois de mars  à l’occasion de laquelle divers accords ont été signés entre les deux pays.

Il s’agit d’un don de 200 millions de yuans RMB à titre d’accompagnement dans la construction de nouveaux bâtiments pour le ministère des Affaires étrangères malgache, de dons de 2 millions de yuans, soit 840 millions d’ariary pour le renforcement des capacités de son personnel ainsi qu’à l’appui de l’effectivité des droits de la femme à travers la mise en place de crèche pour les enfants du personnel.

Au ministère de la Communication, la Chine a remis des dons de téléviseurs numériques par satellite munis d’accessoires pour permettre à 500 villages situés dans les zones éloignées d’avoir accès à l’information. « «Ces téléviseurs qui fonctionneront grâce à l’énergie solaire, seront installés au niveau des bureaux administratifs ou à tout autre lieu adapté. Ce projet qui sera étendu dans d’autres villages rentre dans le cadre des efforts entrepris par l’Etat en vue d’assurer à tous le droit à l’information. La chaîne nationale TVM sera privilégiée, mais plus de 100 chaines étrangères sur tous les domaines ; s’ajouteront également à la liste», précise Harry Laurent Rahajason, le ministre de la Communication.

Diplomatie tous azimuts

Nos dirigeants entendent t-ils donc mettre fin aux relations quasi exclusives avec les pays occidentaux et en orientant la politique extérieure vers les pays asiatiques? Le volume de commerce entre les deux pays ne cesse d’accroitre. Jusqu’en 2016, le volume des investissements chinois  atteint 370 millions Usd. Et la Chine a une astuce bien à elle pour conquérir les dirigeants.

«L’année prochaine, la Chine renforcera encore la coopération gagnant-gagnant dans tous les domaines, en restant un partenaire de Madagascar. La Chine ne s’immisce pas dans les affaires intérieures de Madagascar. Elle accompagne son développement en vue d’améliorer les conditions de vie de la population» rassure l’ambassadrice chinoise, Yang Xiaorong.

«Madagascar, dans sa politique extérieure ne privilégie qui que ce soit. Nous n’hésitons pas à travailler avec les pays qui contribuent dans l’amélioration de la vie de la population, dont la Chine. En vingt ans, la Chine a pu atteindre le sommet en devenant une deuxième puissance économique mondiale et sera assurément  le premier dans deux ou trois ans ,» a pour sa part précisé le ministre des affaires étrangères, Henry Rabary Njaka.

Entre inquiétude et incertitude

Aussi, force est de constater que parallèlement à l’enthousiasme des dirigeants concernant l’avenir de coopération chino-malgache, une vive inquiétude et incertitude s’installe, surtout que les Chinois sont réputés « malins » et agissant en complicité avec les dirigeants d’un pays dans lequel il débarque pour obtenir ce qu’ils veulent.

Un fait a été constaté : Dans les pays où les Chinois se sont installés, la pauvreté ne tarde pas à sévir, tandis qu’eux s’enrichissent d’une manière vertigineuse, et cela, en exploitant les ressources du pays conquis. Et une fois les pays victimes économiquement exsangues, les Chinois quittent le navire pour aller trouver d’autres « pays à mannes ». Mais pour Madagascar, le cas semble particulier car il s’avère que notre pays regorge de richesses qui ne sont pas près de tarir, pour ne citer que les pierres précieuses, l’or, les bois précieux,  la viande de zébu, le charbon de bois, voire la résine de pin qu’ils extraient en écorchant les arbres de pin pour les faire saigner, et en extraire la sève. Il va de soi que ce procédé tue les plantes et détruit logiquement la biodiversité. A cela s’ajoute la plantation de champignons-maniocs qui nécessite la réduction d’un arbre de pin en souche pour la faire pousser. Il faut savoir qu’actuellement, la Chine dispose d’une immense étendue de forêt qu’ils conservent pour assurer leur ascension vers l’hégémonie mondiale. Ces forêts sont si rigoureusement protégées, que la moindre abattage d’arbre est passible de sanction très sévères.

Ainsi, face à aux manifestations anti chinoises dans le pays notamment l’affaire Soamahamanina, le ministre des affaires étrangères chinois a du faire un rappel à l’ordre des Chinois à ce qu’ils se conforment aux règlements et lois en vigueur et us et coutumes du pays. La facilité avec lesquelles les entreprises chinoises obtiennent leur permis d’exploitation pour des décennies sur des terrains principalement agricoles se révèle déconcertante.

Ajouter commentaire