EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

CUA-Etat : La dissension est très vive

| 5 octobre 2017 à 22:28 | mis à jour le 6 octobre 2017 à 22:30 | Politique
cua antananarivo

La discorde entre la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) et l’Etat central ne semble pas être prête de se dissiper. La question de subvention allouée aux Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD), vieille d’une décennie, a été une nouvelle fois soulevée lors de la Colloque internationale sur les finances locales dans les pays d’Afrique-francophone Subsaharienne à l’hôtel Carlton

« Malgré son statut particulier, la Commune urbaine d’Antananarivo reçu aucune subvention de la part de l’Etat depuis ma prise de fonction. Pourtant, cette subvention-là figurait dans les lois de finances de 2015 et de 2016 », appuyait la mairesse de la capitale, Lalao Ravalomanana, lors de sa prise de parole à l’ouverture officielle de la Colloque internationale sur les finances locales dans les pays d’Afrique-francophone Subsaharienne à l’hôtel Carlton mercredi 05 octobre. Le Président de la République et le Premier Ministre, présents lors du discours de la première magistrate de la capitale n’ont toutefois pas montré de réaction particulière à ces phrases, comme si tout était normal. Le problème de déblocage de subvention entre la CUA et l’Etat-central revient dix ans après le feuilleton « maire de la capitale, Andry Rajoelina et le régime Marc Ravalomanana ».

Dans la foulée, elle dénonce le faible transfert de ressources au profit des communes. « Seulement 3% des recettes publiques contre 16% dans la majorité des communes d’Afrique », selon Lalao Ravalomanana. Alors qu’on observe déjà la rareté des ressources, la mairesse de la capitale annonce la difficulté des communes à avoir accès au financement direct venant des partenaires étrangers et nationaux. Elle n’a pas oublié de fustiger la mise en œuvre de la décentralisation qui est loin d’être effective, vu la limitation des moyens financiers et matériels des collectivités.

A lire également :  Hery Rajaonarimampianina : Conférence sur le « Fisandratana 2030 » à l’INSCAE

Plus d’autonomie

Pour sa part, l’exécutif a riposté en mettant l’accent notamment sur l’optimisation des ressources pour plus d’autonomie des CTD qui ne devraient pas fonctionner à coup de subvention. Il n’est pas seulement question d’identification des ressources. Le plus important est la capacité des collectivités d’en mobiliser et d’en assurer la bonne gestion. Quant à leur répartition, vivement critiquée par Lalao Ravalomanana, Hery Rajaonarimampianina a été ferme. « Les ressources financières sont certes gérées au niveau central, mais elles sont destinées aux collectivités, plus particulièrement, à travers l’amélioration des services de base et la mise en place de projets structurants », lance-t-il.

Quant au Premier Ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana, il sous-entend que les autres – en parlant de la mairesse de la capitale – refusent tout simplement d’être compréhensifs et voir la réalité. « Sans exception, toutes les communes reçoivent une subvention de fonctionnement à hauteur de 12 millions d’ariary par an. En ce qui concerne la subvention exceptionnelle, cela dépend des moyens à la disposition de l’Etat qui, lui aussi, connaît un problème de ressources comme les collectivités », souligne-t-il. En ce qui concerne le problème d’accès au financement, les deux têtes de l’exécutif avancent qu’il y a tant de sources de financement non exploitées jusqu’ici, comme les emprunts entre autres. Mais il y a certaines procédures légales y afférente pour qu’il n’y ait pas « un Etat dans un Etat ».

0 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg