publicite lactualite

Révision de la liste électorale : 10 millions d’électeurs jusqu’en 2018 ?

election
Par le 1 décembre 2017 à 05:46

La révision de la liste électorale débute ce vendredi 1er décembre 2017. Une liste dont la fiabilité s’avère déterminante pour des élections crédibles.

Conformément à l’article 26 du Code électoral, la révision annuelle de la liste électorale (Rale 2017-2018) se déroule du 1er décembre 2017 au  31 janvier 2018. L’objectif de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) est de franchir le cap des 10 millions d’électeurs jusqu’en 2018.

Cette liste est déjà disponible au niveau des fokontany depuis quelque temps. Les citoyens pourront de ce fait vérifier leurs noms auprès de cette instance. Il est à noter que l’inscription à la liste électorale constitue l’effectivité du droit de vote  pour chaque citoyen.

Certes, une évolution significative du nombre d’électeurs qui est passé de 7,9 millions en 2013 à plus de 9.222.918 en avril 2017, est constatée, mais le défi reste énorme. L’adoption de la loi relative à la délivrance des jugements supplétifs d’acte de naissance des enfants, dans le cadre de l’enregistrement rétroactif des naissances et des adultes dans le cadre de l’opération Carte nationale d’identité, figure certes, parmi les stratégies utilisées par le régime en place pour relever son défi de 10 millions d’électeurs.

Il est à rappeler que cette loi autorise les représentants de l’État, à l’instar des préfets de délivrer des jugements supplétifs d’actes de naissance.

Ainsi, beaucoup reste à faire en matière de sensibilisation électorale. Pour rappel, par rapport à la Rale 2015-2016, qui fait état d’un chiffre de 8.673.485, le nombre d’inscrits sur la liste de 2017 a connu une augmentation de 6,33%, soit trois fois que le taux enregistré pendant la Rale précédente.

Quid de sa fiabilité

Toutefois, la fiabilité de la liste électorale est également, une des conditions primordiales du bon déroulement des élections. Le fichier électoral s’est manifestement avéré problématique lors des dernières élections en 2013 (omissions, doublon,…). Pour obtenir cette fiabilité, des entités comme l’Observatoire de la vie publique, le Sefafi, estime qu’il faut d’abord passer par le recensement général de la population, puis après, par une éducation électorale.

Parmi les remarques émises par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l’issue de sa mission d’audit du fichier électoral effectuée au mois d’octobre figure l’insuffisance de mesures de sécurité au niveau du site informatique, ainsi que celle des ressources humaines et matérielles, au niveau central et au niveau des démembrements.

Cette mission couvrait l’ensemble du processus d’inscription des électeurs, du traitement des données, jusqu’à la production et à la publication des listes électorales définitives.



Étiquettes :
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *