EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Loi sur les ZES adoptée au Sénat : C’est chose faite!

| 29 novembre 2017 à 06:48 | Politique
senat
Senat Anosy (Photo archive)

Le projet de loi relatif aux Zones économiques spéciales (ZES) a été adopté sans amendement au Sénat le mardi 28 novembre 2017. Une loi d'importance capitale pour attirer plus d'investissements directs étrangers (IDE) pour relancer l'économie, mais qui est sujette à controverse au sein des arènes politiques.

42 sur 44 sénateurs ont voté en faveur du fameux projet de loi

Cette adoption devait avoir lieu le 17 novembre dernier, mais a été reportée, car le souci était de privilégier les débats entre les Sénateurs. Cependant, en dehors des débats en commission au Sénat, l'enthousiasme n'était pas au rendez-vous lors de la séance plénière, à l’instar de ce qui s’est produit à l' Assemblée Nationale où seulement 38 députés sur 39 ont adopté ce projet de loi sans pour autant avoir apporté d'importants amendements et sans aucun débat consistant.

Critiques face aux critiques

Le président du sénat, Rivo Rakotovao, lui, estime que l'important est de tirer des leçons des expériences vécues, notamment avec les zones franches. « Comme les investisseurs viennent pour gagner de l'argent, nous avons intérêt à nous référer aux autres pays". En effet, pour le pouvoir, il s'agit de miser sur les effets d'entrainements des ZES, se traduisant par les avantages fiscaux et douaniers, et sur l'économie, notamment sur la création d'emplois, le transfert de technologies et l'appui dans la stabilisation de la balance commerciale, toujours déficitaire.

A lire également :  CENI : Des efforts de communication à faire, selon le SEFAFI

Incertitudes

Du côté des entités politiques, certaines balises auraient dû être mises en place, mais rien n'a été fait. Ils craignent que cette loi n'impacte sur le développement du pays. Ainsi, l'implication de l'Etat en tant qu'actionnaire, l'encadrement de la situation des employés malgaches au sein des ZES et du régime des terres, optant pour la concession d'une durée de 30 ans renouvelable, ont été avancés comme alternatives.

1 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg