publicite lactualite

Code électoral : des partis politiques mettent en garde

reunion politique
Ces entités politiques réclament une transparence de la part du pouvoir.
Par le 26 novembre 2017 à 07:23

Les déclarations du pouvoir sur l’inclusivité de l’élaboration du nouveau Code électoral n’ont pas apaisé les soupçons. Les partis politiques exigent la transparence et demande à ce que le texte soit discuté avant son adoption au Parlement.

Pour une démocratie coordonnée et une tenue d’élection apaisée. Ils étaient une trentaine de partis à l’hôtel Colbert à Antaninarenina, ce vendredi 24 novembre. Le Tiako i Madagasikara (TIM), Malagasy Miara Miainga (MMM), Roso ho an’ny Demokrasia Sosialy (RDS), Master’s, Teza ou encore le Freedom, entre autres, ont signé un accord politique en guise d’engagement des signataires à garder une forte solidarité et à prendre les mesures nécessaires jusqu’à l’instauration d’une vraie démocratie à Madagascar.

Avec ce document, les signataires espèrent mettre une pression sur le pouvoir actuel afin qu’il fasse en sorte que les élections, dont la présidentielle, se tiennent dans un climat pacifique, et surtout d’une manière inclusive. «Le pouvoir prend souvent des mesures unilatérales. Le nouveau Code électoral devrait être discuté pour s’assurer que ses dispositions soient conforment avec les recommandations des parties prenantes. L’intérêt du peuple devrait primer », clame Ihanta Randriamandranto, du Comité de Vigilance Démocrate pour les élections (CVDE). Les signatures de l’accord politique insistent également sur le respect de la Constitution et le mandant du président en exercice qui ne devrait pas dépasser les cinq ans.

« Pour que le fond ne soit pas dénaturé »

Par ailleurs, le pouvoir, estimant que l’élaboration du nouveau code électoral se base sur la consensualité et l’inclusivité, a déclaré qu’il n’est pas nécessaire de publier le nouveau code électoral et que les entités politiques pourront se tourner vers le Parlement pour des éventuels amendements.  Pour les entités politiques, le principal souci est de ne plus répéter les erreurs avec le Code de la communication dont les dispositions ont changé en cours de route et qui a provoqué des vagues de revendications au sein de la presse. «On craint que l’esprit de la refonte de la loi électorale soit détourné. Les lois à Madagascar ont été toujours adaptées aux gouvernants », déclare notre interlocutrice.

En effet, l’idée est d’établir des règles de jeu claires, de qualité et exhaustives pour les prochaines élections pour pallier les crises cycliques. A ce propos, la définition de la nature et de la durée de la précampagne, le plafonnement des dépenses des candidats, l’établissement de la liste de ceux qui sont appelés à démissionner en cas de candidature aux élections ou participation à la campagne, ou encore les conditions d’éligibilité en figurent parmi les points saillants.

 



Étiquettes :
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *