publicite lactualite

HVM : A la conquête de Mahajanga

mahajanga
Mahajanga (© Mamy Randrianasolo / lactualite.mg)
Par le 27 novembre 2017 à 07:47

Après les séries d’inaugurations de ces derniers jours, le pouvoir est à la conquête de Mahajanga, considérée comme le fief du groupement Miaraka amin’i Prezida Andry Rajoelina (MAPAR).

La ville des fleurs accueille ce weekend deux grands événements politiques, le Conseil des ministres décentralisé et le congrès régional du parti Hery Vaovaon’i Madagasikara (HVM) en l’occurrence. Depuis quelques jours, des personnalités étatiques ont effectué des va-et-vient dans la capitale du Boeni. Une série d’inaugurations s’est également tenue dans la ville, notamment celle d’une route vers l’Université d’Ambondrona et d’un campus au sein de cette université publique ainsi que celle d’une bibliothèque numérique au Lycée Philibert Tsiranana.

En ce qui concerne le congrès régional du parti présidentiel qui dure deux jours, plusieurs centaines de partisans venant des quatre coins de la grande île y sont attendus. Pour couronner le tout, un lancement de feu d’artifice est prévu pour clore cet évènement. La capitale du Boeni est durant cette semaine le théâtre d’un véritable show politique.

Des évènements à polémique

En ce qui concerne le Conseil des ministres décentralisé, si le principal objectif est d’appréhender davantage les réalités locales et de prendre des décisions adaptées, son opportunité est remise en question, vu les charges occasionnées sur la caisse de l’Etat (les frais de déplacement, les frais d’hôtels,…). Des dépenses folles qui auraient dues être injectées dans le social. D’ailleurs, tous les ministères sont censés avoir des antennes au niveau des six provinces pour recueillir les attentes de la population.

Aussi, pour les partis politiques, cette série d’inaugurations prévue s’inscrit dans la précampagne à laquelle se lance le pouvoir depuis quelque temps. Pour ce qui est du Congrès régional du parti présidentiel, vu l’absence d’une réglementation stricte sur le financement des partis politiques, des observateurs soupçonnent que ce soit la caisse de l’Etat qui supporte les charges y afférentes.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *