EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Greffiers et magistrats : La grève illimitée continue

| 28 septembre 2017 à 19:00 | Politique
SMM

Une lueur d’espoir renait au sein des greffiers et des magistrats à l’issue de leur deuxième rencontre avec la ministre de la Justice qui a duré presque trois heures ce mercredi 27 septembre 2017 à Faravohitra. La grève illimitée sans service minimum décrétée par le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) et ceux des greffiers (SGM) se poursuit toutefois jusqu’à nouvel ordre.

« La Garde des Sceaux nous a encore une fois promis qu’elle va prendre en compte toutes nos revendications mais notre manifestation ne prendra fin tant qu’il n’y a pas de résultats concrets » a déclaré Faniry Ernaivo du SMM. Pour sa part, le président du syndicat des greffiers, Haja Randriambololona a souligné que « le ministre a déjà présenté un calendrier, mais nous nous ne laisserons plus faire ». Pour les leaders syndicaux, la grève a été très suivie dans tout Madagascar, sauf pour les magistrats au sein de la Cour Criminelle Ordinaire où les activités judiciaires n’ont et ne doivent pas s’arrêter. Notons que du côté des greffiers, un certain manque d’enthousiasme a été constaté à Anosy, mais leur leader souligne que dans les régions, 100% des membres y ont adhéré. Les deux syndicats soulignent, toutefois, que la grève est un droit, chacun est libre de s’y intégrer ou non.

A lire également :  Circulation dans la capitale : les transporteurs menacent d’immobiliser le trafic

Encore une commission

Honoré Parfait Razafinjatovo, le secrétaire général du ministère de la Justice rassure : « tout est sur la bonne voie ». Plus de 50% des revendications des deux syndicats auraient été résolus. Par ailleurs, une nouvelle commission sera mise sur pied pour étudier le reste. Néanmoins, ce haut responsable au sein de la Justice fait une distinction entre celles qui pourraient être résolues dans l’immédiat, dans le court terme et dans le long terme. A entendre ses explications, les difficultés auxquelles se heurte la résolution de ces revendications relèvent d’une question de procédure. En effet, certaines impliquent d’autres administrations que le ministère de la Justice. Pour ne pas pénaliser les usagers, il s’en remet aux deux syndicats.

0 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur lactualite.mg