EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Communication : tension entre le ministre et les journalistes

| 6 septembre 2017 à 18:00 | mis à jour le 7 septembre 2017 à 17:18 | Politique
presse

L’article publié mardi dans le quotidien Midi-Madagasikara, comme quoi Madagascar s’apprête à accueillir des réfugiés syriens crée une vive polémique. Classant cet article « d’allégation » et de « vulgaire désinformation », le ministre de la Communication et aussi Porte-parole du gouvernement a émet un communiqué assez virulent.

Version ministérielle

Le Porte-parole du gouvernement, non moins Ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions (MCRI) s’est exprimé. Dans un communiqué d’hier, Harry Laurent Rahajason critique et attaque ouvertement le quotidien Midi-Madagasikara par rapport à l’article de ce dernier disant que Madagascar accueillerait des réfugiés syriens et qu’un vaste projet de construction d'un village de réfugiés syriens se concocte sur la Route nationale N°2. Le Ministre a qualifié cet article publié le matin du 5 septembre de « désinformation » car tout ce qui est écrit dans ces colonnes ne sont que des « informations, fruits de sa propre imagination ». Le fait que ce quotidien utilise le conditionnel n’enlèverait en rien ce caractère de « désinformation.»

Réprimandable

Le ministre a souligné que les textes régissant le métier restent clairs et sans équivoques. « La publication de fausse information, de surcroît ayant occasionné des troubles (psychologiques ou autres) au niveau de l’opinion publique, constitue une infraction permanente répréhensible », cite-t-il dans son communiqué. Il n’a pourtant pas précisé s’il, ou le gouvernement qu’il représenta, va porter plainte contre ce quotidien tiré chaque jour à des dizaines de milliers d’exemplaires. La question de l’opinion reste jusqu’à cette heure sans réponse.

A lire également :  Insécurité grandissante : L’étau se resserre autour du gouvernement Mahafaly

Journalistes

Face à ce communiqué du Ministre, nombreux journalistes se sont permis de le critiquer ouvertement sur les réseaux sociaux. « En tant que journaliste, vous connaissez sans doute le principe de la protection des sources. Ceci ne veut pas dire que l'article n'est pas crédible », écrit une journaliste membre du Mouvement pour la Liberté d’Expression (MLE). Et de continuer, sans détour, « Vous même, vous l'avez fait maintes fois ». Soutenue par ses confrères, elle ajoute ensuite que démentir ne suffit pas. « Vous avez sûrement les moyens de prouver que l'information n'est pas vraie. Faites-le. Prouvez-nous qu'il n'y a rien sur la rn2, ni ailleurs d'ailleurs. Montrez-nous la lettre par laquelle le gouvernement malagasy a exprimé son refus d'abriter des réfugiés », écrit-elle. Cette journaliste appelle le ministre à « ne plus mettre la population devant le fait accompli quand des décisions sont prises.»

0 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg