publicite lactualite

Election crédible : Rohi enfonce le clou

election
Par le 26 septembre 2017 à 17:18 - mis à jour le 27 septembre 2017 à 09:23

Le pouvoir n’a pas encore confirmé son intention de réviser la constitution. Mais les forces vives de la nation continuent de mettre la pression sur le régime.

Front uni ! Quelque 70 membres de l’Organisation de la Société Civile (OSC), du mouvement Rohi et de ses partenaires se sont réunis à Ambatonakanga, ce mardi 26 septembre. L’objet de cette réunion est de s’opposer collectivement contre l’intention du régime de retoucher à la Constitution de la IVème République. Les participants à cet évènement estiment que c’est manœuvre du parti HVM du Président Hery Rajaonarimampianina de calcul politique en vue d’avoir une mainmise sur le processus électoral.

Les membres du mouvement Rohi insistent sur la nécessité d’un climat de stabilité politique aussi bien avant qu’après la présidentielle de 2018 et partagent leurs inquiétudes quant aux impacts sur la tenue de la présidentielle de 2018 en termes de prévision budgétaire. Ce, tout en mettant l’accent sur un processus électoral crédible et transparent. Quant au statut des fokontany, « sa révision est techniquement et juridiquement possible sans passer par la révision de la Constitution, mais ce n’est qu’une diversion, vu l’ineffectivité de la décentralisation au niveau des communes », a-t-on expliqué. Comme ses pairs au sein de l’OSC, Rohi avance un grand débat national multi-acteurs si la révision de la constitution est jugée impérieuse.

Transparence

Rohi réclame l’application stricte de la loi, en particulier, concernant le calendrier électoral qui devrait être déjà publié. Ce, afin que toutes les parties prenantes aux élections puissent se préparer.  Par ailleurs, il exige de la transparence dans l’élaboration de l’avant-projet de loi sur les élections, issu des travaux de la Commission consultative de réflexion, tout en aspirant à un cadre institutionnel impartial. En parlant de cadre légal, Rohi prône l’adoption d’une loi qui prévoit la publication des résultats du scrutin, bureau de vote par bureau de vote et répercutée de sous-totaux en sous totaux à tous les niveaux, tout en utilisant l’utilisation de la Technologie de l’information et de la communication.

Haro sur la corruption et les fraudes

Rohi met en garde également concernant la corruption et les fraudes dans les élections afin de garantir l’égalité des chances des candidats, lutter contre les fraudes « dont la contrepartie des financements est opaque et met en danger la situation socio-économique du pays ». Des enquêtes de Transparency ont révélé que quatre partis présentant un candidat à la course à la magistrature suprême avaient un compte bancaire et le « ratio électeur » à Madagascar entre 200 et 230 dollar est largement plus élevé qu’aux Etats Unies. Pour Rohi, une grande attention devrait être portée sur le cadre légal concernant le financement des partis politiques et surtout celui des campagnes électorales qui doit être complété par le plafonnement des dépenses, la publication en toute transparence des sources premières de financement, la création de mécanismes multi-acteurs de contrôle à posteriori des comptes de campagne électorale et la définition des sanctions. Rohi est allé jusqu’à inviter les candidats d’approuver et de signer un code de conduite pour les campagnes électorales.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *