EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

CUA et Ravololomanana : La balle est dans le camp de la Présidence

| 15 novembre 2017 à 11:02 | mis à jour le 16 novembre 2017 à 17:22 | Politique
lalatiana ravololomanana

La tension monte entre Lalatiana Ravololomanana et l’exécutif de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) concernant la gestion de la capitale. La balle est dans le camp de la Présidence de la République.

Si rien ne se passe d’ici une semaine, la conseillère Ravololomanana envisage de demander une audience officielle au président de la République qui dispose de l’Inspection générale de l’Etat (IGE), selon la Constitution.

Elle s’est rendue hier mardi 14 novembre 2017 auprès de la Direction générale de l’Inspection Générale de l’Etat (IGE) pour entériner sa demande de contrôle et d’inspection au sein de la municipalité déposée au mois de décembre 2016. Par ailleurs, elle a sollicité la Préfecture de Police en vue d’un rappel à l’ordre de la mairesse, Lalao Ravalomanana concernant les irrégularités constatées dans la gestion des affaires de la commune, pour ne citer que la violation répétée de l’article 106 sur le droit à l’information des conseillers concernant la gestion de la commune.

Notons que la semaine dernière, la conseillère s’est rendue auprès du Bureau Indépendant Anti Corruption (Bianco) à Ambohibao pour entériner une plainte sur les malversations financières à la CUA déposée au mois de juillet. «Si l’Etat promeut effectivement la bonne gouvernance. Pourquoi ignorer notre demande de contrôle et d’inspection de l’IGE?» a-t-elle interpellé.

A lire également :  Refonte de la loi électorale Les erreurs du passé sont à éviter

Attaque personnelle

Le deuxième adjoint au maire, Julien Andriamorasata argue sur une gestion transparente à la CUA. Il n’est pas allé de main morte pour pointer du doigt une attaque personnelle envers le couple Ravalomanana. «Les comptes administratifs de la CUA au titre de l’année de 2015 et de 2016 ont été approuvés en Conseil municipal. On ne cache rien et on est prêt à recevoir le Bianco» a-t-il affirmé. D’après ses dires, la municipalité ne ménage pas ses efforts en vue d’améliorer les rentrées d’argent, et cela malgré la dette de 40 milliards d’ariary laissée par les anciens dirigeants de la Commune.

Concernant les polémiques sur les 20% des recettes de l’Easypark, qui doivent revenir à la Municipalité, il souligne que les fonds y afférents servent à couvrir les dépenses liées aux missions à l’étranger et que les pièces justificatives relatives à cela existent. Des déclarations contestées par Lalatiana Ravololomanana estimant également que sa fille a démissionné de son poste afin d’éviter l’amalgame entre les affaires publiques et les questions personnelles, comme ce qui se passe actuellement à la CUA.

Face à de tels faits, l’on ne peut s’empêcher de se demander jusqu’où ira cette affaire. En tout cas, des observateurs n’écartent pas la possibilité du remplacement de la mairesse par un Président de Délégation Spéciale (PDS) au cas où les choses se tourneront mal.

0 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg