publicite lactualite

Iles éparses : Otrikafo préconise une mobilisation nationale et internationale

Par le 26 septembre 2017 à 03:51 - mis à jour le 20 février 2018 à 15:31

Dans les années 70, Didier Ratsiraka, ancien Président de Madagascar avait déjà revendiqué la restitution des îles Eparses aux Malgaches. Les Nations-Unis avaient, à l’époque, invité la France à le faire. En effet, les enjeux de ces petites îles – regorgeant de richesses estimées à des milliards de dollars – sont à la fois stratégiques, économiques, et environnementaux.

Hery Rajaonarimampianina, Président de Madagascar n’a plus abordé le sujet lors de sa prise de parole à la dernière Assemblée Générale des Nations-Unis, dont Madagascar occupait la vice-présidence. Pourtant, les dernières déclarations de l’Ambassadrice de France à Madagascar, comme quoi ces iles sont françaises, ont ravivé la colère « nationaliste » qui n’est pas prêt de s’apaiser. Mais d’après des informations cueillies, le Président malgache s’est abstenu d’en parler devant toute l’assistance parce que des pourparlers avec la France seraient déjà en cours.

Erreur sur la stratégie adoptée

Toutefois, Rajaonah Andrianjaka du parti Otrikafo explique que – à l’instar de quelques juges internationaux malgaches – nombreux sont  ceux qui ont de fausses idées quant aux stratégies à adopter pour la restitution de ces îles Eparses. Ce, en voulant se tourner de nouveau vers l’Organisation des Nations-Unies qui a déjà émis une résolution sur la question. «Le contexte géopolitique en 1979 nous a été favorable puisque cette époque a été marquée par le développement de la politique du non-alignement et la politique progressiste. Mais si les iles éparses seront inscrites dans l’ordre du jour de l’ONU, il est fort probable que Madagascar ne bénéficie qu’un soutien d’une minorité de pays » a-t-il soutenu.

Rapport de force

Selon ce politicien qui se proclame nationaliste, le pays a plutôt intérêt à engager des négociations officielles avec la France. Toutefois, il estime que la cogestion n’est nullement une option envisageable. Par ailleurs, étant donné que cette revendication suscite un rapport de force, il faut se lancer dans une véritable bataille diplomatique comme moyen de pression, en sensibilisant et mobilisant les membres de la communauté internationale, tout en appelant à une mobilisation citoyenne au niveau national. Pour notre interlocuteur, « il est difficile de croire que le président actuel qui n’arrête pas de quémander des aides auprès des occidentaux dont la France y arrivera seul».

Quels résultats exactement ?

Le chef de l’Etat se targue d’être le seul président de la République qui a réussi à entamer des négociations avec les autorités françaises, avec l’ancien président français François Hollande et celui en exercice, Emmanuel Macron. « N’importe qui peut parler de ces îles, mais ce qu’il a fait a mené à quoi exactement ?» a interpellé Rajaonah Andrianjaka.



Étiquettes :
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *