publicite lactualite

Magistrats et greffiers : Grève générale décrétée à partir du 27 septembre prochain

smm
Par le 23 septembre 2017 à 12:47 - mis à jour le 24 septembre 2017 à 12:57

Les syndicats des magistrats et les greffiers ont décidé d’entamer une grève générale illimitée à partir du mercredi 27 septembre prochain à l’issue de leur assemblée générale respective qui a eu lieu ce vendredi 22 septembre à Anosy ce vendredi 22 septembre 2017.

La règle de service minimum sera de rigueur. Des résolutions ont été prises à l’issue des travaux des commissions mises sur pied pour étudier la faisabilité des revendications des deux corps, mais la concrétisation tarde à venir. Le tête-à-tête avec la Garde des Sceaux n’a pas également porté ses fruits. « La ministre s’est dite étonnée par l’ultimatum que nous avons lancé puisque nos revendications seraient sur la bonne voie. Pourtant, suite à notre rencontre, elle n’a pas pris la peine de répondre à notre demande d’audience. Pourquoi elle ne nous en parle pas si ce qu’elle a dit est avéré ? » a fustigé le président du syndicat des greffiers.

Engagements concrets

Néanmoins, les deux syndicats se disent être ouverts au dialogue avec les autorités. Toutefois, se disant en avoir ras-le-bol des promesses en l’air des dirigeants, ils ne comptent plus se laisser faire et vont exiger des engagements concrets de la part de l’Etat, plus exactement, un calendrier pour la mise en œuvre des résolutions en cas d’une éventuelle négociation.

Fausse promesse sur le versement

Pour les greffiers, ils attendent impatiemment leur émolument et leur versement qui n’a pas été effectif depuis 2006. L’Etat leur aurait promis la promotion d’environ 200 greffiers en greffier en chef, mais rien n’a été fait, alors que le recrutement d’ECD greffiers en chef, malgré les dispositions des textes de loi, est monnaie courante. Ils ont porté l’affaire devant le Conseil d’Etat, en vain.

Le CSM remis sur le tapis

Du côté des magistrats, ils insistent notamment sur l’effectivité de l’indépendance de la Justice en respectant l’égalité de tous devant la loi, l’exécution des décisions de justice ; sur l’organisation de la méthode de travail au sein de la Justice : l’encadrement de la subordination hiérarchique évoqué par l’article 110 de la Constitution et la communication de dossier ainsi que la réforme du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM) pour son indépendance effective et la gestion de la carrière des magistrats. En ce qui concerne en particulier cette haute instance de la magistrature, le SMM remet en cause en particulier l’existence de membres du CSM issus de l’exécutif qui ne permet pas de garantir l’indépendance effective de ce conseil et le conflit d’intérêts à l’intérieur du CSM.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *