publicite lactualite

Présidentielle de 2018 : Le plafonnement des fonds de campagne ne fait pas l’unanimité

CENI
(Photo archive)
Par le 4 novembre 2017 à 07:22

La régulation du financement des partis politiques figure parmi les points saillants du processus d’amélioration du cadre électoral. Mais les avis des entités politiques divergent sur certains points comme le plafonnement des fonds de campagne à la présidentielle de 2018.

Les élections ont été toujours associées aux fraudes, au blanchiment d’argent et à la corruption. La société civile recommande à ce que le cadre légal des financements des partis politiques soit complété par la bancarisation des activités politiques , le plafonnement des dépenses, la publication en toute transparence des sources premières de financement, la création de mécanismes multi-acteurs de contrôle a posteriori des comptes de campagnes et surtout, la définition des sanctions.

Un cadre légal qui sera appuyé par un code de conduite établi entre les candidats. Mais au sein de l’arène politique, les avis divergent. Des personnalités qui ont annoncé leur candidature à la présidentielle comme l’ancien premier ministre de la Transition, Jean Omer Beriziky, ont déclaré qu’il devrait y avoir un plafonnement en ce qui concerne les fonds de campagne, afin d’assurer l’égalité de chances des candidats et pour remédier aux achats des voix des électeurs.

Des balises s’imposent

Toutefois, des entités politiques comme le parti HVM ne partagent pas cet avis. Rivo Rakotovao, son président national, invité récemment sur la Radio nationale, a affirmé que des balises s’imposent.  Il faut identifier les sources de financement, et surveiller les comptes des candidats. Selon ce dernier, affronter les élections requiert des moyens, notamment financiers, et de la puissance. «Je sais très bien que l’enjeu est l’égalité des chances des candidats. Mais il y a des candidats potentiels issus des grands partis, tandis que d’autres se présentent au nom de simples associations et font des enregistrements dans un studio pour leur campagne. Vous croyez vraiment que c’est la norme qu’on veut mettre en place? (…) L’ancien président Marc Ravalomanana  suggère le prolongement de la durée de campagne jusqu’à 45 jours. Mais cela est une question d’argent» a-t-il affirmé.

Décisifs

A Madagascar, la loi 2011-012 relatives aux partis politiques prévoit la régulation financière des partis politiques, mais rien n’a été fait dans ce sens. Dans les pays développés comme la France, le financement des campagnes des élections présidentielles est soumis à une stricte réglementation d’une commission indépendante, appelée la Commission Nationale des Comptes de Campagne et des Financements des Partis politiques (CNCCFP), et un décret fixe le plafonnement des dépenses. En tout cas, les travaux du comité interministériel s’avèrent être décisifs pour la mise en place d’un cadre légal de qualité, privilégiant la transparence en ce qui concerne le financement des partis politiques et assurant l’égalité des chances des candidats.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *