publicite lactualite

Présidentielle du 2018 : le parti HVM confiant

logo hvm
Par le 20 septembre 2017 à 04:38

Depuis 2013, les états-majors politiques préparent le terrain pour la présidentielle de 2018. Les candidats de taille, tels que l’ancien président Marc Ravalomanana, multiplient les tournées régionales tandis que  d’autres, comme l’ancien président de la Transition, préparent les bases en silence. Mais le  parti au pouvoir s’affiche être comme le favori dans cette course à la magistrature suprême.

Le parti au pouvoir mise sur les réalisations du régime actuel et sur les actions sociales de ses  militants et de l’association des jeunes HVM pour remporter « haut la main » la présidentielle en 2018. Ce, même si le président actuel n’a pas officialisé sa candidature. Pour nombreux observateurs, Hery Rajaonarimampianina sera le candidat naturel du parti HVM pour sa propre succession. En effet, à chacune de leurs interventions publiques et médiatiques, les ténors du Hery Vaovaon’i Madagasikara expriment leur confiance quant à la puissance et surtout la victoire de leur parti aux prochaines élections.

Ce fut le cas lors de l’intervention du coordonnateur régional du parti dans la région Analamanga sur une station privée de la capitale ce mardi 19 septembre. Le parti se targue d’être le plus puissant parti politique de Madagascar. Il a le plus grand nombre d’élus, près de 800 élus sur 1000 lors des communales et 34 élus sur 42 lors des sénatoriales. « J’ai pu sillonner des régions de l’île et je vous le dis, le peuple croit toujours en nous » souligne-t-il. Par ailleurs, concernant le cas particulier de la capitale, il a précisé que l’actuelle mairesse a été élue avec une faible participation électorale de 30%.

Discutables

Mais ces affirmations sont discutables pour les autres partis, notamment  ceux de l’opposition. A Madagascar, il n’y a pas encore d’institution officielle de sondage. Ainsi, ils mettent en doute l’effectivité de cette pseudo-popularité du régime en place, puisque « ce dernier a failli à nombreuses de ses promesses électorales, dont celle sur la fin du délestage en trois ou six mois ». Par ailleurs, nombreux facteurs (tels que la hausse incessante du prix du PPN ou la recrudescence de l’insécurité au cours de ces dernières années) contribuent à l’effondrement de la côte de ce pouvoir. Sur le nombre d’élus record du parti présidentiel, le HVM serait un parti qui a juste su mettre en œuvre les manœuvres politiques et gagner. Les élections organisées jusqu’ici n’ont pas été à l’abri de contestation de la part des partis opposants (suspicions de fraude à grande échelle, favoritisme pour le parti au pouvoir, failles de la liste électorale, …). Aussi, la source de financement des activités du parti présidentiel et de l’association des jeunes HVM est une toute autre question.



Étiquettes : , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *