publicite lactualite

Villa Elisabeth : Dénoncer la vente illicite de biens publics

CRN - Villa elisabeth
Par le 30 octobre 2017 à 23:04

L’affaire liée à la cessation de la résidence officielle du défunt Albert Zafy a fait couler beaucoup d’encre. Tabera Randriamanantsoa et consorts entendent crever l’abcès en matière de vente illicite de biens publics.

Le CRN, dont Tabera Randriamanantsoa et Edouard Tsarahame sont membres, entend remettre en question cette pratique irrégulière qu’est la vente illégale de biens publics. Tabera Randriamanantsoa précise que la vente clandestine du terrain à Ivandry sent de la corruption et que le CRN compte saisir le Bianco sur cette affaire.

Alors que la famille du professeur Zafy Albert a fait savoir, dans une déclaration publiée la semaine dernière, que seul Serge Razafimahova (le beau frère du défunt) est mandaté à parler en son nom, suite aux polémiques suscitées par les déclarations du politicien Tabera Randriamanantsoa concernant la villa Elisabeth. Le Conseil pour la Réconciliation Nationale (CRN) ne lâche pas prise pour autant et veut aller plus loin.

Le CRN s’en remet au chef de l’Etat en personne afin que ce dernier prenne les mesures nécessaires, notamment pour annuler l’acte de vente du terrain en question. «A défaut, nous effectuerons un mada-raid pour mobiliser les citoyens malagasy face à la cessation illégale des biens publics. Et nous allons porter plainte contre l’Etat devant le Bureau Indépendant Anti Corruption » a martelé le pasteur Edouard Tsarahame à l’occasion d’une conférence de presse à Antaninarenina ce jour.

D’après les explications des leaders du CRN, l’acte de vente a été signé par le vice-premier ministre durant la Transition, Julien Reboza et l’ancien président Zafy Albert n’en a été notifié qu’au mois de septembre.

Par ailleurs, estimant que plusieurs biens publics, surtout immobiliers ont été vendus illicitement, le CRN remet sur le tapis d’autres affaires similaires à la précédente. En l’occurrence, la vente de la résidence de l’ancien vice-premier ministre Pierrot Rajaonarivelo aux ressortissants chinois.



Étiquettes :
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *