publicite lactualite

Révision de la Constitution : Les forces vives de la Nation mettent la pression sur le régime

hcc
Les candidats ont jusqu'au 21 août pour déposer leur dossier de candidature auprès de la HCC.
Par le 15 septembre 2017 à 18:35 - mis à jour le 16 septembre 2017 à 16:59

Les réactions s’enchaînent pour tirer à boulets rouges sur le régime. Certes, le régime n’a pas encore confirmé son intention de réviser la Constitution. Mais les forces vives de la Nation, en jugeant inopportun cet éventuel projet, entendent mettre la pression sur les tenants du pouvoir ces derniers jours.

Appel à la HCC

«La révision de la Constitution dans le contexte actuel est dangereuse» a affirmé sans ambages Eliana Bezaza du Parti Social Démocrate (PSD). Elle partage les avis de nombreux acteurs politiques à l’instar du Sefafi et les six autres Observatoires de la vie publique qui ont réagi dans une déclaration commune jeudi 14 septembre dernier. Selon le PSD, il s’agit ni plus ni moins l’une des futilités de ce régime. Selon elle, les dirigeants ont plutôt intérêt à trouver des solutions aux maux sociaux, dont l’insécurité grandissante, presque sur tout le territoire national. Cette politicienne s’en remet donc à la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) en tant que dernier rempart de l’Etat de droit et de la Constitution. «La mission de la HCC est de garantir l’Etat de droit et de veiller à l’harmonie sociale. Si elle constate que la plupart des acteurs politiques font obstacle alors qu’elle ne fera rien face à un entêtement de l’exécutif, elle est tout à fait responsable des éventuels troubles qui en résultent» a-t-elle martelé.

Absence de recevabilité

Le mouvement politique Jery Lavitra ho an’ny Madagasikara (JLM) est également monté au créneau ce vendredi 15 septembre 2017 à l’occasion d’un point de presse à Antsahavola. « Pourquoi le régime n’a songé à cette éventuelle révision de la Constitution que maintenant ? Avec quels moyens, nous procéderons à l’organisation de ce referendum, avec les argents des contribuables qui n’ont pas des intérêts dans cette manœuvre ?» a déclaré Pascal Rasaony, porte-parole du mouvement. JLM est allé même jusqu’à pointer du doigt l’absence totale de recevabilité de la part du Président de la République. Le JLM regrette que le peuple malgache n’ait appris cette intention de réviser la constitution qu’à travers les medias étrangers.

Réserves

Le parti MDM de Pierrot Rajaonarivelo ne pose pas problème par rapport à un éventuel projet d’amendement de la Constitution. Il émet toutefois des réserves. « Quand nous avons adopté cette constitution, certains politiciens ont contesté sa légitimité. La quatrième République a été mise en place sur la base de cette constitution. Mais je ne suis pas contre un éventuel changement du vent politique. On devrait plutôt se demander : comment et quand on procédera à la révision de la constitution?» estime son président national.

En tout cas, la Ceni a affirmé de faire comme cheval de bataille la présidentielle prévue (normalement) en 2018. Elle ne décide rien tant que cet éventuel projet de révision de constitution ne sera pas officialisé par le gouvernement.

Pour l’instant c’est le silence total du côté l’exécutif face aux réactions à chaud au sein de l’arène politique. Affaire à suivre.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *