publicite lactualite

Cybercriminalité : Bras de fer entre Lalatiana Rakotondrazafy et Mahery Lanto Manandafy

Mahery Lanto Manandafy
Facebook Mahery Lanto Manandafy
Par le 20 octobre 2017 à 21:32

Ayant déjà fait couler beaucoup d’encre il y a  deux ans, la loi sur la cybercriminalité continue de faire parler d’elle. Mahery Lanto Manandafy a été auditionné à la Brigade de la Gendarmerie Nationale de Betongolo, suite à une plainte déposée par Lalatiana Rakotondrazafy, présidente du parti Free.

Cybercriminalité. C’est l’objet de la plainte contre Mahery Lanto Manandafy, le fils du président national du parti MFM (Mpitolona ho amin’ny Fandrosoan’i Madagasikara), Manandafy Rakotonirina. Lalatiana Rakotondrazafy, Présidente du parti Free et aussi Directrice du groupe de média Free Communication a porté plainte contre lui pour des propos et informations qu’il a publiés il y a peu sur les réseaux sociaux, et que la plaideuse estime diffamatoires. Une publication qui a créé un tsunami de virulents commentaires, venant tous azimuts.

En effet, Mahery Lanto Manandafy a publié sur son compte Facebook que, pour effectuer des actes de déstabilisation, Lalatiana Rakotondrazafy et son époux auraient fait chanter une personne près du pouvoir pour une histoire d’informations classées confidentielles dont ils ont découvert. Ils leur auraient extorqué la somme de 50 000 000 d’ariary. La publication a créé un tsunami de virulents commentaires venant tous azimuts.

Quatre heures d’audition

Le prévenu s’est présenté à la Brigade de la Gendarmerie à Betongolo ce vendredi 20 octobre à 9 heures. L’audition a duré quatre heures de temps et n’a pris fin qu’à 13 heures. L’affaire sera déférée au Parquet à Anosy ce lundi 23 octobre. Jusqu’ici, les officiers de police judiciaire n’ont dévoilé aucune information sur cette enquête. On sait juste que ce fils d’illustre homme politique était venu seul, sans avocat. Il explique sur son Facebook qu’il n’a peur de personne et qu’il a confiance en lui-même.

Toutefois, Mahery Lanto Manandafy soupçonne qu’il y ait de la corruption derrière cette audition qui tombe un weekend. La Gendarmerie n’a pas attendu pour rétorquer que le Code de Procédure Pénale permet de convoquer le prévenu à tout moment. Cette affaire vient juste au moment où, Ihary Rampanoelina, le premier Malgache mis sous les verrous sous le coup de la loi 2014-006 relative à la lutte contre la cybercriminalité, sort de prison.



Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *