Centre d’examens : Beroroha aura bientôt le sien

Publié par le 20 avril 2018 à 06:06
beroroha
Le projet de mise en place du centre d’examen de Beroroha a été annoncé à Tsiadana hier.

Bonne nouvelle pour les candidats qui se sont inscrits aux examens du baccalauréat 2018 dans le district de Beroroha.

Fini les problèmes liés à l’inexistence de centre d’examen dans le district de Beroroha. Fini les longs voyages effectués par les candidats pour trouver un centre, soit à Tuléar, soit à Amboasary. Beroroha aura bientôt son propre centre d’examen, malgré le nombre insuffisants de candidats et la distance qui sépare le district du ministère de tutelle au niveau central.

Pour ce faire, durant les trois premières années du centre, la population locale va prendre en charge les indemnités (hébergement, nourriture, déplacement et per diem) du chef de centre qui se déplacera dans le district durant les sessions d’examens. Par ailleurs, la population locale assurera également la sécurité du bâtiment et celle des sujets d’examens. Trois conditions sine qua non qui si elles sont respectées, permettent la mise en place d’un centre d’examen dans un endroit donné. Une décente a donc été effectuée par le chef de l’office du baccalauréat de Tuléar pour constater de visu la faisabilité du projet. Descente qui a permis aux deux parties – population locale et chef de l’office du bac de Tuléar – de conclure une lettre d’engagement, permettant l’avancée du projet. 

A lire également :  Kits scolaires : 63 000 bénéficiaires, pour cette année

Etablissement scolaire ne rime pas forcément à centre d’examen

Par ailleurs, Dieudonné Razafimahatratra, directeur de l’enseignement supérieur public et privé auprès du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a fait savoir que le cas de Beroroha n’est pas isolé. Ainsi, beaucoup de communes peuvent posséder des établissements scolaires sans pour autant disposer d’un centre d’examen. «Les zones enclavées sont les plus concernées par cette situation» avance Dieudonné Razafimahatratra. Une situation handicapante pour les jeunes desdites zones qui sont de ce fait contraints au décrochage scolaire. La préoccupation est encore loin pour la Grande-île. Après 50 ans d’indépendance, le pays n’arrive toujours pas à assoir un système éducatif adéquat et répondant à ses besoins réels.

Sujets associés
Étiquettes : , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez