Transport urbain : La tension persiste entre le FTAR et la CUA

Publié par le 19 octobre 2017 à 07:56
CUA

Une fois de plus, le désaccord entre la FTAR, l’association des conducteurs de taxis ville de la capitale, et la Commune urbaine d’Antananarivo empêche cette dernière d’atteindre son objectif, d’apporter une réforme au niveau du secteur du transport urbain.

La commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et l’association des taxis ville d’Antananarivo (FTAR) n’ont pas encore trouvé un terrain d’entente en ce qui concerne l’affaire OMAVET (Omnium de Maintenance des Véhicules de Transport). Cela est dû au fait que pendant la réunion qui s’est tenue hier après-midi à l’Hôtel de Ville à Analakely à laquelle les deux parties ont été conviées, la présidente de la FTAR, Clémence Raharinirina et ses pairs ont soudainement quitté la salle, alors que les négociations semblaient être sur la bonne voie.

A lire aussi : La Commune Urbaine d’Antananarivo défie le syndicat des taxis villes

Toutefois elle a souligné que la décision de la FTAR reste les mêmes : « Nous ne changerons en aucun cas notre position en ce qui concerne la décision de la commune de confier la contre-visite des véhicules des transports communs sous la responsabilité de l’OMAVET. Nous nous y opposons formellement ! » a précisé la présidente de la FTAR, après le dialogue.

chauffeurs taxi antananarivo

Le bras de fer se poursuit entre la CUA et la FTAR

Face à cet agissement de la part de l’association des chauffeurs de taxi, la maire de la commune urbaine d’Antananarivo a suggéré la mise en place d’une commission dont les membres seront composés des représentants de la CUA et des conducteurs. Celle-ci va œuvrer en vue de trouver un accord sur cette affaire, tout en étudiant les avantages et les inconvénients de cette disposition de la Mairie.

A lire également :  Hommage à Simone Veil : l’avortement évoqué sans tabou

Cette commission débutera ses activités dès samedi prochain tout en commençant par une visite à l’OMAVET : « Nous allons revoir les avantages dont les transporteurs pourront bénéficier avec les offres de service de cette société pour fournir une bonne prestation aux usagers » a soutenu Lalao Ravalomanana, maire de la capitale.

Pourtant, les membres de l’association FTAR, demeurant réticents et sceptiques par rapport à cette décision de la Commune, envisagent de poursuivre leur lutte en menant une grève la semaine prochaine afin de contester cette décision.

A lire aussi : Goticom : Une application mobile pour localiser et appeler un taxi

Sujets associés
Étiquettes : , , , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez