Education nationale : le Plan Sectoriel méconnu des enseignants

Publié par le 6 décembre 2017 à 01:42 - mis à jour le 6 décembre 2017 à 06:35
Education nationale
Le Plan Sectoriel de l'Education entend améliorer la qualité de l'éducation à Madagascar

La Coalition nationale malagasy pour l’éducation pour tous (CONAMEPT) interpelle sur l’importance de la vulgarisation du contenu du PSE ou Plan sectoriel de l’Education.

« La majorité des enseignants des régions Sofia et Vakinankaratra ignore le contenu du Plan Sectoriel de l’Education. » Le constat est d’Huguette Raveloarivony, coordonnateur national de la CONAMEPT lors du Forum National sur l’éducation au Carlton Anosy ce mardi 5 décembre. Elle trouve qu’on a mis plus de temps pour élaborer le PSE que pour le vulgariser.

Huguette Raveloarivony estime, pourtant, que la maîtrise du contenue de ce plan est la condition sine qua non de l’atteinte de l’objectif du système éducatif malgache. C’est pourquoi elle appelle les ministères composant le comité de pilotage dudit plan à se concerter pour mettre en place une campagne de vulgarisation. Ce, afin que tous les acteurs puissent s’imprégner de l’idée de réforme, mais surtout, en être des participants actifs.

Dialogue.

Le Forum national sur l’éducation qui se tient actuellement à l’hôtel Carlton entend rendre effective l’amélioration du système éducatif malgache, notamment, en renforçant le dialogue entre le gouvernement et les organisations de la Société Civile qui œuvrent dans le secteur de l’éducation.

L’initiative impliquera tous les acteurs dans le domaine. Pour ce faire, les participants de ce forum vont proposer des solutions, des mesures d’accompagnement, ainsi que des mesures correctrices au plan sectoriel de l’éducation. « Nous allons voir si le PSE est conforme aux réalités existantes dans la Grande-Ile. Nous verrons également s’il répond aux besoins des populations cibles », annonce Huguette Rakotoarivony.

A lire également :  Baccalauréat 2018 : où voir les résultats ?

La Société civile impliquée

Dans le cas de figure où le PSE n’est pas conforme à ces besoins, les organisations de la société civile entendent réagir. Ce, afin de permettre une amélioration proprement dite du système éducatif malgache. Dans ce sens, les organisations de la société civile affirment vouloir prendre leur position. « Les OSC observent, accompagnent, interpellent et plaident si la situation le requiert » continue le coordonnateur national de la CONAMEPT.

Sujets associés
Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez