Formation MEETFP : Pour améliorer la rentabilité

Publié par le 28 novembre 2017 à 21:40 - mis à jour le 3 décembre 2017 à 21:58
Formation technique DPPMPAE
Des paysans dorénavant capables d’administrer eux-mêmes le vaccin contre la peste aviaire, lors de la formation à Belobaka, Mahajanga

Le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP), conscient de la nécessité de former les jeunes et les paysans afin qu’ils puissent mieux rentabiliser leurs activités professionnelles, ne cesse de prodiguer des formations à travers le pays. 

Dans la foulée des formations initiées par le ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, pendant 10 jours, du 7 au 17 novembre, des techniciens de la direction de la professionnalisation des petits métiers et de la promotion de l’auto-emploi (DPPMPAE), au sein de ce ministère, se sont rendus dans différentes localités de Mahajanga pour dispenser des formations sur l’amélioration de l’élevage de poulets de race locale, et la gestion simplifiée.

Au total, ce sont 120 paysans agriculteurs et éleveur issus de 3 localités - Belobaka, Besely, Ampazony – à raison de 30 par site - qui ont bénéficié de formations. Pour Belobaka, les apprenants ont été répartis en deux vagues de 30 personnes chacune.

Selon les populations de ces localités, il s’agit d’une grande première en matière de formation en vue de l’amélioration de leur élevage aviaire. « L’élevage de poulets et d’autres volailles, nous l’avons pratiqué depuis longtemps, mais seulement d’une manière instinctive. Ces formations nous ont permis de découvrir qu’il y a des moyens techniques efficaces pour développer notre élevage, et le rendre de loin plus rentable », ont-ils reconnu.

A lire également :  ISCAM : La promotion « Hiratra » prend son envol

Des paysans devenus techniciens

Par le biais de l’intervention des techniciens du MEETFP, les paysans pourront dorénavant appliquer les méthodes et techniques dans différentes sortes de soins des volailles, dont notamment la vaccination contre la peste aviaire non seulement des poulets, mais également des autres types de volailles dont les pintades. «L’amélioration en question porte aussi bien sur l’habitat, que sur l’alimentation. Pour ce dernier volet, les paysans ont été initiés aux techniques d’élevage de vers de terre qui nécessite l’ensevelissement de ces derniers dans un trou, sous un amas de foins, de feuilles vertes et d’humus », a expliqué le spécialiste du ministère. .  .

« Avant ce stage, nous n’avions pas l’habitude de faire vacciner nos volailles par les techniciens de l’élevage qui ne viennent en ville que périodiquement, mais maintenant que nous en connaissons les méthodes d’administration, nous le ferons nous-mêmes », s’est enthousiasmé Soaniala, une des participantes de la formation.

Selon les explications des techniciens du ministère, cette formation sur l’amélioration de l’élevage de poulets de race locale sera dispensée dans différentes régions du pays, outre celle d’Analamanga qui en ont déjà bénéficié.  D’ailleurs, auparavant, la DPPMPAE a organisé des formations axées sur d’autres domaines tels que la mécanique automobile et la maçonnerie à Tsiroanomandidy, dans la région de Bongolava, sinon sur l’élevage dans les communes d’Ambohidratrimo (Antanetibe, Beloha, Ambohitrimanjaka) et d’Antehiroka.

A lire également :  Future Tempête Tropicale Dumazile : Trajectoire entre Madagascar et La Réunion ?

À Tsiroanomandidy, en février dernier, les formations portaient sur deux domaines : celui de la maçonnerie à laquelle ont pris part 9 apprenants, dont deux femmes, et celui de la mécanique automobile qui a vu la participation de 22 jeunes. À noter que les bénéficiaires de ces formations dispensées par la DPPMPAE sont tous de jeunes déscolarisés, c’est-à-dire ceux qui ont quitté le banc de l’école très tôt, ou ceux qui n’ont suivi aucune instruction.

Ces initiatives du ministère du ministère de l’Emploi,  de l’enseignement technique et de la formation professionnelle et répond aux remarques de certains députés qui lors de la rencontre avec les ministres de la semaine dernière, au palais de l’Assemblée nationale à Tsimbazaza, ont manifesté leurs souhaits concernant les besoins en formations professionnelles des jeunes de leurs circonscriptions.

Sujets associés
Étiquettes :
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez