Commune urbaine de Morondava : Le manque d’infrastructures, frein au développement

Publié par le 23 novembre 2017 à 09:54
Kirjof Kolo
Le maire de la commune urbaine de Morondava, Kirjof Kolo

Commune à vocation touristique, Morondava ne dispose pas de suffisamment d’infrastructures pour permettre un réel développement.

Les faits sont palpables. La commune urbaine de Morondava ne dispose pas d’infrastructures lui permettant d’initier un quelconque développement économique ou social. Une situation décriée par Frijof Kolo, maire de la commune en question. “La commune urbaine de Morondava est à vocation touristique, pourtant elle n’est même pas dotée d’infrastructures permettant le développement de ce secteur d’activité économique. Les rues et les routes sont dans des états déplorables, ce qui ne motive pas la venue des touristes” a lancé le premier magistrat de la ville de Morondava, avant d’ajouter : « La commune, dans son état financier actuel ne peut pas se permettre d’investir dans des travaux ni de construction ni de rénovation. Outre les infrastructures clés comme les routes, le marché public communal aux normes fait également défaut dans cette commune qui est ainsi la seule à ne pas en posséder ».

17 mois d’arriérés de salaire du personnel communal

Outre les problèmes liés au manque d’infrastructures, la commune urbaine de Morondava fait actuellement face à des arriérés de paiement des salaires de son personnel. Une situation que les responsables actuels ont héritée des précédents leaders, selon toujours le maire Kirjof Kolo. “ Les arriérés de paiement des salaires du personnel communal sont de l’ordre de 160 millions d’ariary, l’équivalent d’un impayé de 17 mois ” a-t-il déploré. Avant d’ajouter que lui-même, en tant que maire, s’est engagé à payer au moins les quatre mois de salaires du personnel communal durant ses cinq ans de mandat. Par conséquent, il a lancé une interpellation à l’endroit des responsables étatiques, pour que ces derniers s’acquittent des arriérés en question. “ La caisse de la commune urbaine de Morondava ne suffit pas pour payer ces arriérés qui s’avèrent trop élevés ”.

A lire également :  Peste : des experts russes dans nos murs

Hausse du taux de recouvrement fiscal

Les efforts menés par les responsables de la commune urbaine sont pourtant palpables. Outre les actions d’interpellation, la commune s’est lancée à de vastes campagnes de sensibilisation pour le paiement des impôts communaux. Une façon pour les responsables auprès de la commune de Morondava de renflouer les caisses de cette entité, mais aussi et surtout pour responsabiliser la population locale quant à son devoir envers la commune. “Nous avons intensifié les sensibilisations pour inviter et interpeller la population sur l’importance du paiement des impôts, si bien que depuis 2015, le taux de recouvrement fiscal est passé d’environ 10% à 40% ”. Une avancée palpable »,  selon toujours les dires de Kirjof Kolo qui espère augmenter davantage ce taux, de manière à pouvoir suffisamment renforcer les caisses de la commune, afin d’entreprendre des travaux d’investissement et d’entretien des infrastructures communales.

Sujets associés
Étiquettes :
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez