BNGRC : Ny Rado Rafalimanana monte au créneau

Publié par le 9 décembre 2017 à 16:31
Ny Rado Rafalimanana
Ny Rado Rafalimanana est le fondateur de l'ONG Fanahy Maha Olona

Tension entre le Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) et l’ONG Fanahy Maha Olona. Cette dernière accuse ce bureau de mal gérer les dont qu’elle lui a remis pour venir en aide aux sinistrés du cyclone Enawo.

15 tonnes. C’est la quantité totale de don de vivres que l’ONG Ny Fanahy maha Olona a offert cette année aux victimes du cyclone Enawo. Cette catastrophe naturelle a causé d’importants dégâts dans la Grande-île, et a fait des centaines de milliers de sinistrés. Sauf que, selon Ny Rado Rafalimanana, ces dons n’ont, vraisemblablement pas été distribués à leurs destinataires. « Et cela, malgré que nous les ayons remis directement au BNGRC de Toamasina », rappelle-t-il, lors d’une conférence de presse à Tanjombato.

Ce dernier affirme avoir demandé, en vain, à rencontrer les responsables au sein de ce bureau. « J’ai envoyé un courrier hier (jeudi 7 décembre) demandant si les dons ont été distribués. Je n’ai eu droit qu’à une attaque personnelle comme quoi ces dons ne sont pas vraiment destinés aux sinistrés, mais plutôt à la famille de mon épouse qui est originaire d’Antalaha », dénonce Ny Rado Rafalimanana.

Des manœuvres politiques ?

Selon les explications, le BNGRC avait annoncé que les dons en question auront dû être partagés avec la prochaine vague venant de l’étranger. Puis, il a fait part de leur mise en vente, le 11 décembre. « Nous n’avons rien contre le régime en place », a-t-il déclaré, avant de poursuivre par, « Ce que ce bureau effectue nuit à l’image du pouvoir actuel, et encore plus aux yeux des partenaires étrangers »

Le fondateur de l’ONG Ny Fanahy Maha Olona regrette que certains voient une démarche politique en ces œuvres humanitaires qu’il mène. « Certes, j’ai des ambitions politiques. J’ai même voulu me présenter à la dernière présidentielle, mais pour une quelconque raison, on a rejeté ma candidature. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas faire de l’amalgame entre les deux choses », signale-t-il. En effet, dans l’histoire de Madagascar, quelques personnages politiques, à l’instar de Marc Ravalomanana avec son association Tiako i Madagascar, se sont servi de leurs associations à vocation sociale et humanitaire pour créer une place dans la politique.

A lire également :  Présidentielle 2018 : Henry Rabary-Njaka annonce les dates des élections

 

Sujets associés
Étiquettes : , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez