Villa Elisabeth : le régime et la Transition se passent la balle

Publié par le 1 novembre 2017 à 07:58
M2PATE et MFB

L’Etat a décidé d’annuler l’acte de vente concernant le terrain sur lequel se trouve la villa Elisabeth. Mais la guéguerre entre le régime actuel et le camp du régime de la Transition de 2009 ne fait que commencer.

«Nous n’avions eu connaissance de la vente du terrain que récemment » a riposté le ministre auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l'Aménagement du Territoire et de l'Equipement (M2PATE), Benjamina Marcel Ramanantsoa à l’occasion d’une conférence de presse aux déclarations du Comité de Réconciliation Nationale (CRN). Cette entité pointant du doigt le régime actuel comme le premier responsable de la vente de la villa Elisabeth. D’après ses explications, cette villa se situe dans l’enceinte de la propriété villa Saint Antoine sous la responsabilité du M2PATE. Il affirme que la transaction entre l’Etat et la société Mada terrain, l’acquéreur, a eu lieu durant la Transition. «La villa Elisabeth fait partie des hôtels ministériels pour héberger  des anciens chefs d’Etat mais également des anciens ministres ou anciens premier ministre. Notre département n’a enregistré aucun dossier relatif à la cessation du terrain en question» a, quant à elle, affirmé la ministre des Finances et du budget, Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona. D’après ses dires, son département n’a eu connaissance du problème qu’à partir du moment où la société, acquéreur est venue vers nous pour dire qu’elle est prête à accorder une parcelle de terrain à l’Etat pour construire une nouvelle résidence pour la famille Zafy Albert.

A lire également :  Christine Razanamahasoa : délogée par l’EMMOREG

Ecarter Andry Rajoelina

Le Mapar à travers le député élu dans le cinquième arrondissement Naivo Raholdina entend écarter la responsabilité du régime de la Transition, en particulier, Andry Rajoelina. Pour ce député, l’ancien président de la Transition n’est nullement responsable de la mise en vente du terrain en question puisqu’il n’a pas signé la transaction entre la société Mada terrain et l’Etat malagasy en date du 24 janvier 2014. « On devrait plutôt pointer du doigt le CRN dont Tabera Randriamanantsoa était ministre durant la Transition. La vente de la villa était en fait l’œuvre de ses collègues. Ils n’ont pas pris connaissance de ce fait alors qu’Omer Beriziky, membre de la mouvance Zafy était le premier ministre » a-t-il précisé. Par ailleurs, selon lui, le M2pate est chargée de la gestion du domaine privé de l’Etat et donc, des éventuelles transactions y afférentes, et le MFB gère les patrimoines de l’Etat. Qui est donc le vrai responsable ?

Le CRN a annoncé qu’il va porter plainte devant le Bureau Indépendant Anti Corruption, et il en est de même pour l’Etat. Affaire à suivre.

Sujets associés
Étiquettes : , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez