Croisière : Le premier toucher reporté en janvier

Publié par le 4 décembre 2017 à 22:07 - mis à jour le 4 décembre 2017 à 22:21
Croisière à Madagascar
Photo Archive (© Mamy Randrianasolo / lactualite.mg)

Une fois de plus, les paquebots Costa neoRiviera et Aida ont reporté leurs escales dans la Grande île. Ce sera finalement pour le mois de janvier.

Pour la deuxième fois, après le 7 novembre, les paquebots Costa neoRiviera et Aida Aura ont reculé la date de leurs accostages à Madagascar. Prévue ce 5 décembre, dans le Grand port de Toamasina, la première escale du navire Costa aura lieu le 2 janvier 2018.

Selon les explications des organisateurs locaux, l’embargo posé par les Seychelles et l’île Maurice sur la destination Madagascar pour cause d’épidémie de peste dans ces pays, serait à l’origine de cette modification.

«Nous avons été avisés de cette modification depuis une semaine. Nous avions tant attendu le jour de 5 décembre pour inaugurer la saison de croisière, mais ce sera donc pour le 2 janvier. D’après les informations que nous avons reçues, ce report est lié à l’embargo que nos îles voisines ont posé sur Madagascar. Aujourd’hui, ceci est levé, notamment pour les Seychelles mais les paquebots ont déjà modifié leurs itinéraires et ils ne peuvent plus revenir sur cette décision», explique Eliane Andrianjatovo, dirigeante d’un Tour opérateur à Toamasina qui a annoncé le chiffre d’au moins un milliard d’ariary de pertes, à cause des six escales qui ont été annulées pour cette saison de croisière 2017-2018, depuis le 7 novembre.

A lire également :  Fonction publique : Suspension de solde de 9782 fonctionnaires

Les opérateurs sont déçus, car au lieu d’accueillir 18 ou 20 paquebots jusqu’au mois de mars, il ne leur en reste plus que onze, et encore, si le premier toucher aura vraiment lieu en janvier. Ces annulations vont engendrer des pertes énormes pour le secteur, soit près de 336 000 euros (plus d’un milliard d’ariary). Il est à noter qu’une escale de paquebot rapporte plus de 207 millions d’ariary (56 000 euros) à la ville d’accostage. Le frais d’excursion, incluant le transport et la restauration, est de 80 euros, soit de 296 000 ariary par croisiériste, alors qu’ils sont souvent au nombre de 700, sur plus d’un millier, à descendre du navire. Pour cette saison le comité accueil-croisière à Toamasina a jouté deux nouveaux circuits que sont la Palmeraie de Melville et le CTHT (Centre technique horticole de Tamatave) d’Ivoloina aux trois habituelles destinations que sont le canal des Pangalanes, le parc d’Ivoloina et le bord de mer de Toamasina. Mais malgré cela, le succès de la saison reste incertain.

«Nous craignons que cette saison soit catastrophique. Certes, il nous reste encore onze touchers, mais nous ne sommes pas certains d’avoir  plus de croisiéristes en excursion, surtout que la saison cyclonique va bientôt arriver», ont confié les opérateurs de croisière.

Sujets associés
Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez