Tik Tok : Oracle, un nouveau concurrent de poids à Microsoft

Publié par le 19 août 2020 à 14:49

Le géant du software, Oracle est en pourparler pour un éventuel rachat de Tik Tok.

Voilà qui pourraient lui permettre de grandement menacer l'offre de Microsoft pour une partie de la populaire application vidéo chinoise TikTok, dont les opérations aux États-Unis ont été évaluées à plus de 20 milliards de dollars.

https://twitter.com/ProustNicolas/status/1295660916705497089

Microsoft travaille à un rachat partiel de TikTok,  l’application qui permet aux utilisateurs de publier de courts clips vidéo. Cette décision de Microsoft intervient après que le président Trump ait ordonné à la société de vendre ses activités américaines dans les 90 jours, sous peine d'être fermée, en invoquant des préoccupations de sécurité nationale.

Un ménage à trois avec Microsoft, Twitter et maintenant Oracle

Mais Oracle aurait aussi rencontré ByteDance, la société mère chinoise de TikTok, et travaille avec certains des investisseurs de l'application - dont les sociétés de capital-risque General Atlantic et Sequoia Capital - sur un accord concurrent pour ses opérations aux États-Unis, au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Australie.

Sequoia Capital et General Atlantic ont tenté d'acquérir une participation majoritaire dans TikTok le mois dernier, pensant que cela permettrait d'éviter un désinvestissement forcé de la société. Ils ont été repoussés par ByteDance, en partie parce que leur offre, avec une évaluation implicite d'environ 50 milliards de dollars, sous-estime grandement la véritable valeur de TikTok. Les analystes ont estimé la valeur de la seule branche américaine de TikTok, une valeur qui s’élève entre 20 et 50 milliards de dollars.

Microsoft est apparu comme le candidat le plus probable pour réaliser un rachat, mais la tentative d'Oracle de détourner la transaction, rapportée pour la première fois par le Financial Times, pourrait stimuler ses activités de publicité et de données en cas de succès.

A lire également :  Peste et rumeurs : Un mélange plus qu’explosif

Oracle bénéficie du « soutien » de la Maison Blanche

Les offres d'Oracle et de Microsoft ne portent pas sur les activités mondiales de TikTok, mais sur des sous-secteurs des activités de la société dans les pays anglophones. Bien que les raisons de cette vente limitée n'aient pas été révélées, les quatre nations représentent tous les membres de l'alliance de surveillance "five eyes", à l'exception du Royaume-Uni, où TikTok tente d'installer son siège international.

Oracle se présente à la table des négociations avec plusieurs avantages. Le temps joue en sa faveur en raison du délai de 90 jours accordé par Trump pour la vente, ce qui signifie que les options pour de longues discussions sont limitées.

L'entreprise a également un avantage en ce qui concerne la politique de l'accord. Le co-fondateur et directeur technique d'Oracle, Larry Ellison, cinquième homme le plus riche d'Amérique, soutient publiquement Donald Trump, ayant organisé une collecte de fonds pour sa réélection en février. Il a déclaré à Forbes en avril que "je le soutiens et je veux qu'il réussisse".

Ces liens pourraient permettre à Oracle de négocier un prix avantageux pour la société, étant donné le profond intérêt que l'administration Trump a manifesté pour la transaction.

A lire également :  ok : Siya Kakkar, une utilisatrice célèbre se suicide

Début août, le président a fait valoir que l'État américain devrait obtenir une réduction des recettes, en la comparant au "pas-de-porte", un terme archaïque désignant un pot-de-vin payé sous la table par un locataire potentiel à un propriétaire pour garantir un bail.

Pourquoi cet intérêt subit d’oracle ?

Ce qui est moins clair en revanche, c'est de savoir où se situe l'avantage de cette achat pour Oracle. La société, plus connue par le grand public comme étant le propriétaire de la plate-forme logicielle Java, a peu d'entreprises (pour ne pas dire aucun) en contact direct avec les consommateurs. *

Le lien le plus important entre TikTok et Oracle pourrait résider dans l'activité "data-as-a-service" de la société, qui offre aux annonceurs et aux courtiers en données l'accès à des profils d'utilisateurs grâce à des acquisitions comme BlueKai, Datalogix et Grapeshot.

Malgré l'ordonnance présidentielle qui exige sa vente, TikTok n'a pas abandonné sa lutte pour réstaurer sa réputation aux États-Unis. Lundi, la société a lancé un nouveau "hub d'information" et un compte Twitter pour "corriger le tir" et répondre plus rapidement aux allégations de censure, de surveillance et de contrôle de l'État.

"Avec les rumeurs et la désinformation sur TikTok qui prolifèrent à Washington et dans les médias, mettons les choses au clair", a déclaré la société. "TikTok n'est pas disponible en Chine. Ses données d'utilisateur américaines sont stockées en Virginie, avec une sauvegarde à Singapour et des contrôles stricts sur l'accès des employés. TikTok n'a jamais fourni de données d'utilisateurs américains au gouvernement chinois, et ne le ferait pas si on le lui demandait. Toute insinuation contraire est infondée et manifestement fausse".

TikTok a ensuite fourni des liens vers des commentaires de soutien de la part d'"experts industriels" en matière de cybersécurité, de médias et d'universités.

Sujets associés
Étiquettes : , , , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez