publicite lactualite

Chenille légionnaire : Une perte  estimée à 43% pour le maïs

chenille legionaire
Par le 7 septembre 2018 à 16:24

Cette année, la récolte de maïs a été anéantie par une invasion de chenilles légionnaire sur une vaste  parcelle de culture. Le système de surveillance de l’importation des végétaux sera renforcé.

La culture vivrière en danger. La propagation de la chenille légionnaire est incontrôlable à en juger la perte énorme subie par la récolte de maïs cette année. Celle-ci est estimée à 43% selon la direction de la protection des végétaux. Cet insecte envahisseur a trouvé refuge dans plusieurs régions de la Grande île où la chaleur domine presque toute l’année. Des mesures de ripostes ont déjà été initiées par les autorités en charge de l’agriculture dès la première détection de ce fléau sur les feuilles et les épis de maïs, en février. Malheureusement, la lutte a été vaine.

«Il est très difficile d’éradiquer la Chenille légionnaire étant donné que les conditions climatiques dans notre pays favorisent sa fécondation. De plus, l’insecte possède une capacité de résistance aux pesticides », craint Saholy Ramiliarijaona, directrice de la protection des végétaux. Et elle d’avancer qu’une des mesures urgentes à prendre sera de renforcer la surveillance de l’importation des végétaux en demandant un permis.

Madagascar a une forte potentialité en culture vivrière comme le maïs qui s’étend sur 280000 ha. Lors du Conseil des ministres du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa) qui s’est tenu à Lusaka, en Zambie, l’année dernière, Madagascar a prévu de répondre à la demande de l’Afrique du Sud de lui fournir jusqu’à 300 000 tonnes de maïs. Malheureusement, avec ce désastre, ce ne sera pas pour cette année.



Étiquettes :
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *