EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Hausse des prix à la pompe : Vers une compensation des transporteurs

| 9 avril 2018 à 21:25 | Economie
point de presse ministre de l energie - hausse carburant - MEEH
Le MEEH, Lantoniaina Rasoloelison et son staff face à la presse. (© Mamy Randrianasolo / lactualite.mg)

Le Gouvernement veut maintenir les frais de transport à leurs tarifs actuels et envisage de compenser les transporteurs. Une décision qui va lui coûter une fortune.

L’État tente de sauver les meubles. Quelques heures après la hausse des prix du carburant, l’État réagit à travers le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures (MEEH), Lantoniaina Rasoloelison. Suite à une rencontre avec le chef de Gouvernement, Olivier Mahafaly, celui-ci a rapporté que l’État prévoit de reprendre la compensation des transporteurs afin de maintenir les tarifs actuels des transports.

« Il revient à l’État de veiller à sa population. C’est pourquoi, nous allons maintenir les frais de transport à leurs tarifs actuels et en contrepartie, de compenser les transporteurs. Le ministère des Transports est en train de voir le mode de calcul de cette compensation, mais cela doit correspondre à la consommation des transporteurs », avance le ministre.

L’Etat enfreint son engagement de mettre fin aux subventions

Ayant la situation en main, les transporteurs tentent de faire un chantage au Gouvernement. Le président de l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU), Lova Randrianantoandro réplique que l’État devrait d’abord rembourser les arriérés de compensation de 8 mois qu’il doit aux transporteurs. Et d’ajouter que les coopératives prévoient d’augmenter le tarif à 700 ariary pour le transport urbain, car c’est ce qui correspond à la vérité des prix.

A lire également :  Forum économique : L’Océan Indien s’ouvre à l’Afrique

Concernant le mode de calcul de la compensation, le transporteur rappelle que ceci devrait se baser sur la différence entre l’actuel prix du gazole  (3350 ariary) et le prix maxima supporté par les transporteurs, de 2860 ariary. La compensation est ainsi de l’ordre de 490 ariary par litre de gazole, alors que la consommation estimée par les transporteurs est de 30 litre par jour, par véhicule. Ce qui fait 14 700 ariary par véhicule, par jour, et à supposer qu’il y a au moins 6 000 véhicules à compenser, l’Etat doit de ce fait dépenser plus de 88 millions d’ariary par jour. Ce qui suscite le doute quant à la possibilité pour l’État de s’acquitter d’une telle somme.

Un montant qui risque encore de s’élever d’autant plus que d’après le MEEH, la vérité des prix du gazole est de 4000 ariary, seulement ce département aurait convenu avec les pétroliers de l’appliquer progressivement. Et dire que l’État s’est engagé, notamment avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) d’en finir avec les subventions. Une histoire qui n’est pas près de se terminer, vu les paramètres complexes qu’elle revêt.

0 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur lactualite.mg