EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Filière bovine : La reproduction inséminée se pointe

| 21 mars 2018 à 22:23 | mis à jour le 21 mars 2018 à 22:24 | Economie
filiere bovine a madagascar
L’insémination pourra améliorer la reproduction bovine. (© Mamy Randrianasolo / lactualite.mg)

L’Agence internationale de l’Énergie atomique (AIEA) dispense une formation aux vétérinaires sur la reproduction bovine via les inséminations des vaches.

La technologie au service de la reproduction animale. Le département de recherche zootechnique et vétérinaire du Fofifa (Centre national de recherche appliquée au développement rural) en collaboration avec l’AIEA organise jusqu’au 23 mars, une formation sur la gestion de la reproduction bovine. La particularité de cette formation à l’endroit des vétérinaires, c’est la vulgarisation de la technique d’insémination des vaches en utilisant la technologie nucléaire, un outil permettant de détecter le moment propice pour réussir l’insémination. Le directeur général de l’Élevage, le docteur Raymond se réjouit que cette formation s’accorde avec les orientations stratégiques de son département, entre autres, d’améliorer la reproduction animale, et d’appuyer la filière bovine et l’élevage en cycle court.

« Cette formation est une solution durable et pertinente pour le développement de l’élevage à Madagascar. Elle contribuera à la conservation et surtout à la multiplication du cheptel bovin. Nous espérons que tous les vétérinaires dans le pays en bénéficieront », soutient-il.

Ces dernières décennies, le cheptel bovin est en effet, en perpétuelle régression. Selon un rapport du Fonds des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), en 2003, la Grande Île possédait un cheptel de 10.353.000 bovins. En 2016, le ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage (MPAE) n’en a estimé que 6.500.000 têtes. L’insécurité dans le Grand Sud, notamment dans les régions de Menabe, d’Atsimo Andrefana, d’Androy et d’Anosy, où il y a la concentration la plus importante de troupeaux, est la principale explication à cette décadence du cheptel bovin. Les éleveurs  préfèrent vendre leurs troupeaux prématurément plutôt que d’attendre leur âge adulte, au risque de se faire voler par les dahalo.

A lire également :  Union Européenne : 13,5 millions d’euros pour le Trésor Public malgache
1 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg