publicite lactualite

Agriculture : Affluence des investisseurs étrangers à Madagascar

agriculture madagascar
Par le 10 mars 2018 à 16:58

L’Allemagne, le Japon et la Tanzanie ont annoncé leur soutien au développement de l’agriculture à Madagascar, un pays visant une autosuffisance alimentaire à l’horizon de 2020.

Le potentiel agricole de Madagascar intéresse les autres pays. C’est le cas de l’Allemagne dont l’ambassadeur Harald Gehrig a été reçu par le ministre auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Élevage (MPAE), Harison Randriarimanana. La visite du diplomate allemand a davantage raffermi la coopération entre les deux pays, à travers les projets Prada et Afafi, mis en œuvre dans la partie Sud du pays et visant notamment l’adaptation des chaînes de valeurs agricoles au changement climatique.

Avant l’Allemagne, le président du Centre international japonais de recherche en agronomie ou Jircas, Masa Iwanaga a évalué la mise en œuvre du projet Fy Vary ou Fertility sensing and Variety Amelioration for Rice Yield.

Initié dans les régions Analamanga, Vakinankaratra et Alaotra Mangoro, ce projet est axé sur la recherche de techniques en riziculture, notamment l’utilisation des nutriments dans des conditions de sols à faibles intrants et peu fertiles. L’ambassadeur de la Tanzanie, Rajabu Omari Luhwawi a également fait par au MPAE du souhait de son pays à collaborer avec la Grande île en matière d’agriculture et d’élevage. Il est à savoir que les deux pays cultivent les mêmes produits, mais que la production agricole de la Tanzanie ne satisferait pas sa demande d’exportation, c’est pourquoi son clin d’œil sur Madagascar.

La Grande Ile étant un géant de par sa superficie de terres arables de 40 millions d’hectares et sa population à 80% d’agriculteurs. Pourtant, sa croissance agricole n’est que 2,5%, soit inférieure à la croissance démographique qui est de 2,8%. Avec le soutien de ses partenaires, Madagascar ambitionne d’arriver à une autosuffisance alimentaire à l’horizon de 2020 et, dans la foulée de gravir l’échelon de grenier de l’Océan Indien.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *