publicite lactualite

Consommation : l’inflation s’invite à la festivité

Par le 22 décembre 2017 à 09:35 - mis à jour le 19 février 2018 à 13:05

A l’approche de la fête de la Nativité, les prix des produits les plus convoités par les consommateurs affichent en général une augmentation d’au moins 100 ariary. La dépréciation de l’ariary aggrave la situation.

Comme il fallait s’y attendre. La conjoncture économique actuelle marquée par l’ascension continue des prix du carburant, conjuguée à la dévaluation de l’ariary face à l’euro et le dollar, a des effets palpables sur les prix à la consommation. Depuis quelques jours, une hausse, d’au moins 100 ariary est enregistrée sur les produits les plus convoités par les consommateurs en ces jours de fête. Le prix du riz, l’aliment de base de la majeure partie de la population malgache, continue à grimper. Il est passé de 2 400 ariary le kilo pour la variété Makalioka à 2 500 ariary. Celui importé est passé de 1 600 ariary à 1 800, voire 2000 ariary chez certains commerçants.

La viande suit également ce crescendo de prix. Celle du zébu s’achète actuellement à 10 500 ou 10 800 ariary le kilo, au lieu de 10 000 ariary, il y a encore quelques semaines. De même pour la viande de porc, il est passé de 11 500 ariary à 12 500 ariary, tandis que le prix le plus bas des volailles vivantes dépasse les 20 000 ariary pour le poulet et plafonne à 90 000 ariary pour la dinde. Pour les œufs, ceux-ci varient de 450 ariary à 600 ariary la pièce, selon le calibre alors qu’il y a quelques jours, les consommateurs ont pu en acheter entre 350 et 580 ariary.

Les friandises subissent également cette hausse de prix, surtout celles qui sont importées, comme tous les autres produits venant de l’extérieur d’ailleurs. Sur ce, l’explication tangible est la dépréciation de la monnaie nationale, notamment depuis le début de ce second semestre.

L’ariary touche le fond

En juillet, la monnaie unique européenne évaluée 3 390 ariary, a grimpé à 3 800 ariary actuellement, soit une perte de 410 ariary sur la valeur de la monnaie malgache. Néanmoins, l’ariary a plus ou moins tenue tête au billet vert malgré quelques dépréciations passagères au milieu de ce second semestre. En juillet, le dollar s’échangeait à 3 200 ariary et actuellement, le taux est resté le même. La flambée du cours de la vanille qui a atteint les 700 dollars le kilo, soit 2 240 000 ariary, est un des facteurs permettant à la monnaie nationale de se maintenir au niveau, face au dollar américain.

Dans la mise à jour économique de Madagascar, publiée par la Banque mondiale en novembre, les économistes de cette Institution ont indiqué que l’ariary s’est déprécié de 2,4% contre l’euro et s’est apprécié de 9,5% contre le dollar américain entre janvier et septembre. Tous ces phénomènes accélèrent le taux d’inflation qui a déjà grimpé de 7% à la fin 2016, pour atteindre un pic de 8,6% en mai, avant de décélérer à 8,2% en août. Entre temps, la Banque centrale de Madagascar avait réagit en resserrant la politique monétaire et en augmentant le taux directeur de 8,3% à 9% en mai, soit le niveau le plus haut depuis octobre 2015. Apparemment, la stratégie tarde à porter ses fruits.


Étiquettes : , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
+1