publicite lactualite

Consommation : Le prix du riz importé amorce une baisse

Par le 8 décembre 2017 à 12:58 - mis à jour le 19 février 2018 à 13:06

Une baisse de 70 ariary par kilo de riz importé est aperçue chez les grossistes dans les marchés d’Anosibe et d’Andravoahangy. L’Etat prévoit d’importer 100 000 tonnes dans le courant de ce mois.

Un bon vent s’amène chez les consommateurs de riz importé. Depuis ce 7 décembre, une baisse de 70 ariary par kilo est aperçue chez les commerçants d’Anosibe et d’Andravoahangy. Ainsi, le kilo s’affiche à 1580 ariary au lieu de 1650 ariary en début de semaine, tandis que le riz local stagne à 2400 ariary le kilo pour la variété Makalioka et 2300 ariary pour les autres.

Selon les grossistes, cette baisse de prix du riz importé s’explique par l’arrivée de 350 tonnes de cette variante sur le marché d’Anosibe, le 6 décembre. Un approvisionnement qui, selon le ministère du Commerce et de la Consommation, va se poursuivre dans les prochains jours. «Cette baisse du prix du riz est le résultat des deux mesures prises par le Gouvernement. D’abord, la mise en place d’un Task force dirigé par le Premier ministre et qui implique toutes les autorités hiérarchiques dont le rôle est d’assurer l’approvisionnement et l’acheminent du riz à point d’éclatement. Les autorités portuaires sont désormais sommées de prioriser le riz. L’autre mesure est l’augmentation du volume d’importation de riz par les opérateurs collaborateurs du ministère », explique Valonirina Randrianalisoa, directeur de la prévention des fraudes et de la protection des consommateurs (DPFPC) auprès du ministère de Commerce.

Le riz importé pour combler l’insuffisance de riz local

Le seuil du prix de riz importé, imposé par les autorités est de 1450 ariary. « Un prix difficile à respecter », selon les importateurs, compte-tenu de la dépréciation de la monnaie nationale face aux principales monnaies de change.

En tout cas, le ministère du Commerce et de la Consommation veut relever le défi en augmentant l’offre par rapport à la demande qui aurait déjà dépassé les prévisions de 137 000 tonnes pour ce dernier trimestre. Ainsi, sauf changement, une importation massive de 100 000 tonnes de riz est attendue par bateau cargo, à partir du 15 décembre.

L’importation est une inévitable

« Nous n’avons d’autre choix que d’importer du riz, principalement de l’Inde, du Pakistan et de la Birmanie, à cause de l’insuffisance de l’offre locale. Sachez que la production nationale a diminué presque de moitié à cause des deux chocs (sècheresse et inondation) que le pays a subi en début de cette année. L’Etat a décidé de maintenir ce rythme d’importation du riz jusqu’à la fin de la période de soudure, en avril », a-t-on appris du ministère du Commerce. Il est à savoir que chaque année, Madagascar n’importe pas plus de 300 000 tonnes de riz.

Cette année semble être la plus chaotique de la dernière décennie, car l’importation est estimée à près de 660 000 tonnes après que l’Etat ait décidé de doubler, voire tripler le volume d’importation du riz mensuel qui a été de 22 000 tonnes. Et dire que la Grande île ambitionne de devenir le grenier à riz de l’Océan Indien.



Étiquettes : , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *