publicite lactualite

Carburant : Les prix à la pompe grimpent

hausse prix carburant madagascar
Carburant : Les prix à la pompe grimpent (© Mamy Randrianasolo / lactualite.mg)
Par le 1 décembre 2017 à 11:16

Les trois produits pétroliers enregistrent chacun une hausse de 90 ariary par litre, depuis le début de ce mois. Les nouveaux prix sont presque les même qu’en France.

Un décembre amer pour les automobilistes. Une hausse généralisée de 90 ariary des trois produits pétroliers s’affiche de nouveau dans les stations-services. Le prix de l’essence est passée de 3750 ariary le litre, à 3840 ariary, tandis que celui du gazole a augmenté à 3190 ariary au lieu de 3100 ariary. Le pétrole lampant non plus n’échappe pas à la règle comme c’était souvent le cas. Ceci s’achète désormais à 2370 ariary le litre contre 2280 ariary le mois dernier.

Selon les explications émanant de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH), le taux de change, conjugué au cours du baril auraient impactés cette fluctuation des prix sur le marché local. Effectivement, entre les deux dernières révisions, le billet vert ne cesse de s’apprécier face à l’ariary, d’après les publications de la Banque centrale de Madagascar. Le dollar valait 3076 ariary en octobre et 3200 ariary en novembre. Pour le prix du baril, ceci est passé de 48 dollars en octobre, à 54 dollars en novembre. D’après le spécialiste en économie, Hugues Rajaonson, la Grande île n’est pas le seul pays à en subir les conséquences. La même situation se produit entre autres, en France où les prix à la pompe sont d’ailleurs au même niveau que ceux à Madagascar (près de 1,300 euro le GO et 1,400 le SP).

Des marges des distributeurs trop élevés

« C’est l’automne en Europe. La demande du gazole et du fuel est très élevée à cause du froid. Sur le plan international, la demande est également très élevée. Cette hausse est donc inévitable. A Madagascar, les hausses se font par palier, selon l’épuisement des stocks auprès de la logistique pétrolière. Le taux de change qui influe sur le prix est celui du jour de la commande et/ou de l’achat de l’essence, du gazole ou du fuel», a-t-il justifié. L’ajustement des prix actuels correspond donc au taux de change et au prix du baril d’il y a deux mois, car selon l’OMH, ceci a fait l’objet d’un décalage de deux mois.

Néanmoins, les marges des distributeurs (transport, frais de stockage, marges des compagnies et des gérants des stations-services) des produits pétroliers sont également excessives. Celles-ci représenteraient 15 à 17% des prix à la pompe de l’essence, du gazole et du pétrole contre 8% dans certains pays européens.

Quoi qu’il en soit, les consommateurs en sont les victimes. La hausse des prix à la pompe va aggraver l’inflation déjà galopante presque partout dans le pays, touchant notamment le prix du riz, des équipements et des accessoires.


Étiquettes :
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
+1