publicite lactualite

Impôt : Quatre secteurs ciblés

Vanille de madagascar
Photo archive (© Mamy Randrianasolo / lactualite.mg)
Par le 24 novembre 2017 à 22:06

La Direction générale des Impôts (DGI) veut s’attaquer aux secteurs miniers, forestiers, de la pêche et de la vanille. Ceux-ci seraient les plus rentables alors qu’ils contribuent peu à la Caisse de l’État.

Des secteurs d’activités dans le viseur de la DGI. A l’occasion de son 20e anniversaire, célébré du 23 au 25 novembre, la Direction générale des Impôts (DGI) opte pour une nouvelle politique de recettes. Il s’agit de renforcer le contrôle dans quatre secteurs d’activités que sont les mines, la forêt, la pêche et la vanille. Ceux-ci seraient les plus rentables, mais qui contribuent peu dans la Caisse de l’État.

Si on prend l’exemple du secteur extractif, sa contribution dans le Produit intérieur brut (PIB) n’est que 4%, alors que le pays figure sur la liste des grands exportateurs des ressources minières, pour ne citer que le saphir, l’or et le nickel. Il y va de même pour la vanille dont le prix du kilo à l’exportation atteint  400 dollars, alors que sa part d’apport dans le PIB n’est que 6%. Par ailleurs, il y aura 60 milliards d’ariary de plus pour le budget des trois départements en charge de la sécurité

« La majeure partie des recettes émanant de ces secteurs sont collectées par les opérateurs informels, d’où la nécessité d’en renforcer le contrôle. Notre prévision de l’exercice 2018 est de porter le taux de pression fiscale à 11,9% l’année prochaine, contre 11,4% attendue à la fin de cette année 2017. Il est à savoir que la grande partie des recettes fiscales sera consacrée à la sécurité », a fait savoir la DGI.

Effectivement, dans le projet de loi des finances 2018 (PLF2018), la Sécurité s’ajoute aux secteurs prioritaires de l’État. Son budget représentera 6% de l’enveloppe globale sur financement interne, pour les trois ministères concernés, à savoir, la Défense nationale, la Sécurité publique et la Gendarmerie. Chacun de ces trois départements bénéficieront, ainsi d’une augmentation de leur budget à 60 milliards d’ariary. La DGI prévoit une campagne de civisme dans ce sens, afin d’éclaircir l’opinion. En perspective, la lutte contre le secteur informel qui pénalise le formel, figure également dans son agenda.



Étiquettes :
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *